Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Les DVD indispensables: L’Ultime Souper

On reste dans les comédies noires avec L’ultime souper de Stacy Title, une comédie délicieusement immorale et manipulatrice sortie en 1996.
L'Ultrime Souper
Réalisation:Stacy Title
Scenario: Dan Rosen
Casting: Cameron Diaz, Ron Perlman, Ron Aldard, Annabeth Gish, Jonathan Penner, Sourtney B. Vance, Bill Paxton, Jason Alexander…
Musique: Mark Mothersbaugh
Sortie: 14 Août 1996
Synopsis:Une collocation d’étudiants démocrates reçoit un soir à sa table un républicain réac de la pire espèce et le tue par accident. Ils voient là une manière efficace et définitive de faire taire les mauvais pensants et se lance dans l’organisation régulière de dîner funestes.
1: Une comédie joyeusement immorale comme on en fait rarement
L'Ultime Souper Le point de départ de L’Ultime Souper est l’un des plus intéressant de ces dernières années: que ce passerait-il si on donnait le pouvoir à des démocrates de façonner le monde avec les moyens des républicains. Bien sur c’est une vision réductrice et caricaturale de la chose, mais le film creuse là où ça fait mal, nous propose tellement de dilemme qu’il en devient délicieux. En effet, que ferriez-vous si vous aviez Hitler à votre table, quelques années avant sa montée au pouvoir, et que vous saviez ce qu’il allait devenir? Le film s’amuse donc à faire prendre la décision la plus extrême à des personnage qui devraient faire l’opposé et suit leur évolution. Du remord à l’appétit meurtrier, on voit ces personnage évoluer de manière tout à fait crédible au fur et à mesure que leurs dîner s’enchaînent. Le film est suffisamment intelligent pour ne pas s’engager politiquement, il se contente d’observer.
Avec un tel sujet, on aurait pu se retrouver au cœur d’un drame psychologique -et ça n’aurait pas été mauvais pour autant- mais le choix de la comédie noire est particulièrement intéressant car il permet la caricature, et donc le désengagement du réalisateur. En effet chacune des victime est tellement extrême dans son mode de pensé que que le spectateur, face à ces personnages caricaturaux et comiques, n’est pas affecté par leur élimination, pire, on fini par trouvé le procédé logique et juste, jusqu’à un retournement final jouissif et surprenant. On aurait pu avoir un pamphlet politique pas très fin, on a une comédie noire sur la justice qui justement sonne juste.
2: Un huit clos théatral minimaliste qui se concentre sur l’essentiel
L'Ultime Souper En 1996, le cinéma était à un tournant, les grands pontes vieillissant commençaient à se répéter dans un cinéma de papa alors qu’une nouvelle génération jeune et fraîche voyaient le jour, avec en tête de file Tarantino, Boyle ou encore Burton. On découvrait un cinéma à la fois noir et drôle, plus minimaliste ou le scenario était au moins aussi important que la mise en image. Dans ce contexte, L’Ultime Souper de Stacy Title faisait parti d’une met de choix, tout d’abord son scenario et sa mise en scène n’étaient pas sans rappeler le Petits Meurtres entre Amis de Boyle, le tout avec une discours sur l’Amérique bien pensante on ne peut plus bienvenu. Pourtant, et c’est là la puissance du film, L’Ultime Souper n’est pas un produit formaté. S’il est bien inclus dans une mouvance artistique, il n’en est pas un rejeton à renier.
Tout d’abord le choix du huit clos (comme pour Reservoir Dogs) donne à la réalisatrice Stacy Title la possibilité de donner au spectateur l’impression d’être à table avec ces convives, et qu’on se sente membre du groupe meurtrier ou victime de ce même groupe, le résultat est tout aussi efficace. Ensuite le film ne se contente pas d’être un simple concept cinématographique, son histoire et ses personnages sont suffisamment bien écrits et réalistes pour évoluer de leur propre chefs et donner à chacun des dîners une saveur différente, du jouissif au malsain. Enfin, le film n’essaie pas de plaire sans cesse, même s’il essaie d’être drôle et agréable, il accepte de mettre les pieds dans le plats et de parler de choses qui dérangent au cinéma: la politique et le pouvoir.
3: Une pleyade d’acteurs qui viennent ici cabotiner un peu pour notre plus grand plaisir
L'ultime Souper Ce film ne se prend pas au sérieux. L’ultime Souper a beau parler de sujets sérieux et ouvrir des débats à la fois graves et casse gueule, il ne les referme ni ne les traitent, ce n’est pas le but du film, il pose les questions qui dérangent, offre une vision d’une réponse absurde et pourtant évidente et laisse le spectateur faire la suite du chemin seul. C’est osé et pour réussir cela il faut un casting d’acteur non seulement prêt à passer pour des salauds (il n’y a pas de gentil à proprement parler dans le film) mais aussi et surtout prêt à joyeusement cabotiner pour faire passer la pilule. Et il est inutile de dire qu’on est servit. Même si on exclu le cercle des acteurs principaux, très bons, mais qui ne peuvent se permettre de rentrer totalement dans la caricature car cela serait indigeste sur la longueur, le film offre l’une des plus belle galerie de connards de son année.
On a droit à un Bill Paxton en facho réac, un Jason Alexander en anti écolo enchainant bouchées de burger et bouffées de clopes, un Ron Perlman en populiste de droite et de nombreux autres seconds roles. Chaque convive est un gag en lui même si bien que sa mort résonne comme une chute. C’est jouissif et malsain, et c’est ça qui est bon.

posted by valmens in La DVDthèque and have Comments (3)

3 Responses to “Les DVD indispensables: L’Ultime Souper”

  1. […] articles pourraient vous intéresser: 3 raisons d’aimer L’Ultime Souper Un Spin Off pour Judd Apatow posted by valmens in Bandes Annonces and have No […]

  2. ragou dit :

    J’ai adoré ce film. le scenar vraiment sympa, Un casting étonnant et surtout un acteur fabuleux : Ron Perlman qui dans ce film est l’invité parfait. et que dire des tomates, qui ont un gout différents … tres differents mais chhuut faut voir le film ^^

  3. […] pourraient vous intéresser: Good Neighbors, la bande annonce Salvation Boulevard, la bande annonce L’ultime souper, indispensable en 3 points posted by valmens in Bandes Annonces and have No Comments Tags: Ann Margaret, Ari Garynor, Big […]

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam