Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Very Bad Trip 2 : la critique

Very Bad Trip 2
Une suite qui parvient à décevoir malgrè le total manque d’intéret du premier épisode. On s’ennuie ferme et on ne rit pas à Bangkok.
Very Bad Trip 2 Note:2/4
Réalisation:Todd Phillips
Scenario: Craig Mazin, Scot Armstrong, Todd Phillips
Casting: Bradley Cooper, Ed Helms, Zach Galifianakis, Paul Giamatti, Ken Jeong…
Musique: Christophe Beck
Sortie: 25 Mai 2011

Synopsis:
2 ans après le mariage de Doug et la folle virée à Las Vegas des 4 amis (Doug, Alan, Stu et Phil), C’est au tour de Stu de se marier avec sa magnifique fiancée, qui souhaite faire se mariage à Bangkok, où sa famille habite. Pas d’enterrement de vie de garçon cette fois, juste un feu de bois sur la plage, et pourtant, de nouveau, tout tourne au cauchemard.
Critique:
Very Bad Trip 2 fait partie de ces suites uniquement générée par le succès surprise d’une œuvre qui, de toutes les manières, n’appelait pas à une suite (rappelez-vous des suites indigestes de Matrix ou de Pirates de caraïbes). Le premier film n’était pas un chef d’œuvre et tirait son succès plus de la surprise que de ses qualités propres (le scenario était léger, la réalisation maladroite…). Ici, l’effet de surprise ayant disparu, on se retrouve face à un étrange black buster avec trop d’argent et peu d’idées qui tente de reproduire le schéma du premier épisode sans jamais parvenir à retrouver son esprit. Todd Philips est visiblement persuadé qu’il a trouvé la formule secrète du film comique parfait car cela fait deux fois cette année qu’il nous fait des copie carbones de son Very Bad Trip premier du nom, plus tôt cette année avec le très médiocre et passablement ennuyant Date Limite et aujourd’hui avec cette suite. Cette fois-ci épaulé par un solide budget et des acteurs qui ont tous depuis connu une ascension exponentielle en matière de popularité (Zach Galifianakis est devenu une figure emblématique de la comédie américaine, Ed Helms a réussi à voler la vedette de The Office US et Bradley Cooper est devenu un sex symbol adulé par toutes ces dames), le film malheureusement souffre, dès son introduction, de cet excès de confiance. Du coup, les personnages et les situations sont mal introduits (là où le premier épisode parvenait, en quelques saynètes à les rendre tous intéressant et attachants, le second les rend désagréables et caricaturaux), le scenario ne se cache même pas derrière des artifices et annonce, à chaque instant, qu’il se contente de transposer les aventures des héros dans un autre décor, la réalisation est tape à l’œil, les situation sont tirées par les cheveux et sans grand intérêt par rapport à « l’intrigue » et surtout, et c’est là le plus gros défaut du film, l’ensemble oublie souvent d’être drôle. Pas grand chose à se mettre sous la dent donc, et le fait que les premiers rires n’arrivent qu’après une demi heure de films n’est que la preuve que le réalisateur n’a pas réussi à comprendre ce qui avait fait le succès comique du premier épisode.

Very Bad Trip 2

Le film n’est pas fondamentalement un désastre, il possède quelques bonnes choses, comme une production de grande qualité (merci le budget multiplié par 4), il y a même des idées de réalisations assez audacieuses (comme ces flash back de Alan où il se voit enfant revivant leur nuit folle, idée malheureusement aussitôt abandonnée), mais l’ensemble ne prend jamais et il n’y a nulle part la fraîcheurs et la logique du premier épisode. Very Bad Trip parvenait en effet à nous faire vivre cette aventure extraordinaire en la reliant régulièrement à notre réalité, nos lendemain de soirée, en extrapolant à chaque fois à partir de situation crédible, ici, chaque situation est plus grotesque que la précédente, tellement folle qu’à aucun moment le spectateur ne se dit « ça me fait penser à cette soirée où… ». Pire, le film sombre régulièrement dans le glauque et le malsain rendant l’ensemble plus tragique que comique (et dans la matière le film Very Bad Thing était bien plus croustillant et intéressant). De plus, chaque personnage est poussé jusqu’à sa propre caricature et perd tout réalisme lui aussi, entre un Stu (Ed Helms) qui s’agite pathétiquement dans l’air dès qu’il est paniqué se croyant visiblement dans un épisode des 3 stooges, Alan (Zach Galifianakis) qui, d’un film à l’autre, a fait passé son personnage d’étrange à complètement fou à la limite du clinique et Phil (Bradley Cooper) qui est beaucoup trop cool en toute situation, affrontant avec la même légèreté le viole, le meurtre, la mutilation, la disparition d’enfants…
Very Bad Trip 2

Une suite inutile donc qui a pourtant atteint très largement son objectif : grassement remplir les caisses de la Warner (on espère maintenant que le procès contre le tatoueur de Mike Tyson va goulument les vider). Le film est long est indigeste, baladant le spectateur d’une situation à l’autre sans même s’efforcer de les lier. Le premier épisode était cohérent dans sa structure et se concentrait sur une seule chose: la récupération des souvenirs de la nuit précédente, celui-ci oublie souvent cela et se contente d’investir sur ce qui avait plus dans le premier (jusqu’à Ken Jeong surgissant nu d’un coffre), à ce détail près que le bébé a été remplacé par un singe. C’est poussif et sans intérêt et on a jamais le sentiment d’être parmi cette bande d’amis (pire on a souvent pas même l’impression qu’il s’agit d’une bande d’amis).

Difficile d’en dire plus sur ce raté cinématographique. Le premier épisode était médiocre mais honnête et avait introduit une nouvelle forme de comédie basée sur la vie de trentenaires ordinaires à qui il arrive des choses extraordinaires. Avec un petit budget et sans tête d’affiche il était parvenu à faire exploser le box office américain. La suite est son exacte opposé d’un point de vu technique, tout en proposant à peu près le même film d’un point de vu scénaristique.
Les plus:
Des trsè beaux paysages
Une BO chargée de tubes
Les moins:
Un histoire calquée sur le premier épisode
Une totale absence de gags ou de situations comiques
Un trio d’acteurs qui cabotinent tant bien que mal d’un bout à l’autre du film

Cet article pourrait vous intéresser:
Horrible Bosses, la bande annonce
Cedar Rapid, la bande annonce
Bridemaids, la bande annonce


posted by valmens in Les Critiques and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam