Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

The Green Hornet : Critique


L’adaptation de The Green Hornet Par Gondry et Rogen est un divertissement efficace et surprenant, ancré dans son temps, à défaut d’être réellement original.
Note:

Réalisation: Michel Gondry
Scenario: Seth Rogen, Evan Goldberg
Casting: Seth Rogen, Jay Chou, Tom Wilkinson, Cameron Diaz, Christoph Waltz, Edward James Olmos…
Musique: James Newton Howard
Sortie: 12 Janvier 2011

Synopsis:
Brit Reid, fils d’un grand magna de la presse de LA, se retrouve à la tête d’un empire médiatique dont qu’il n’a aucune envie de reprendre après la mort de son père, avec qui il entretenait une relation agressive. Il rencontre alors Kato, major d’homme aux mille capacités inexploitées.  Les deux hommes décident alors de s’allier pour combattre le crime et la corruption en devenant à leur tour des criminel.
Critique:
S’il était un film de super héros que l’on attendait au tournant c’était bien celui-ci, The Green Hornet, Adaptation de la célèbre série télé mettant en vedette feu Bruce Lee n’était pas un projet comme les autres. Tout d’abord sony, visiblement en recherche de fraicheur et d’originalité, avait confié l’écriture du scenario à Seth Rogen et Evan Goldberg, qui n’avaient jusqu’alors qu’écrit des comédie joussivement régressive dans le cadre de la Apatow Team. Déjà, cette simple information alarmait autant qu’elle surprenait. Mais lorsque Sony décide, en plus, de mettre Seth Rogen dans le rôle principal, la surprise semble tourner au vinaigre. Car même si le bonhomme a perdu près de 15 kilos pour le rôle, il était loin de correspondre à l’image froide et svelte de son prédécesseur. Enfin, l’annonce de Michel Gondry à la réalisation semble être la cerise sur le gâteau. Sony avait presque volontairement confié ce projet à des artistes au moins aussi talentueux qu’inadaptés à une telle entreprise. Ce grand écart a fait couler beaucoup d’encre et jusqu’à la dernière minutes, aucune bande annonce, aucun teaser, aucune affiche ne laissait deviner si le film allait être un pétard mouillé, une réussit qui allait donner le LA pour une décénie ou un film qui ressemblerait au final à tous les autres. Verdict après l’image.
Verdict: rien de tout cela. Si le film est en effet radicalement différent de beaucoup de films de super héros, notamment en se concentrant sur le fait qu’il s’agit avant tout d’un film d’anti-héros, il ne parvient pas non plus à être réellement original, dans le sens où son ton et son humour, quoi que décalés, ont déjà été croisés dans des films récents tels que Kick Ass ou Defendor. Cependant, le film atteint son objectif: divertir à tout prix, et si la structure générale est en effet assez banale, chaque effet, chaque réplique, chaque scène d’action sonne juste. Le scenario de Seth Rogen et Evan Goldberg, après un premier quart d’heure très maladroit à la limite du poussif, fini par trouver son rythme et son ton alternant scènes d’actions et scènes de comédies avec un talent certain, la réalisation de Michel Gondry parvient rester sobre pour ne pas voler la vedette du film sans pour autant se priver de quelques brillantes idées de réalisation (la première scène d’action et une scène de flash back notamment) jusqu’à atteindre un sommet dans une scène d’une rare complexité dont je vous laisse la surprise. Le casting n’est lui aussi pas en reste, Jay Chou en tête, qui donne une voix et un caractère au personnage de Kato, mais aussi Christoph Waltz – remplaçant de dernière minute de Nicolas Cage – qui s’éclate encore en méchant, Cameron Diaz en potiche intelligente et des apparitions très remarquées de James Franco, Edward Furlong et Edward James Olmos.
Le film est donc un excellent divertissement, et si l’on en attendait plus de la part d’une équipe aussi original, le succès actuel du film au Box office Ricain nous laisse espérer une suite plus osée (Sony ayant apparemment été très frileux quite au visionnage en interne de premiers montages surprenants). Et le film, malgrè un budget relativement élevé (90 000 000$) est très rafraichissant au sens où ce n’est pas un produit bourré d’effets numériques et de scènes pseudo grandioses, ici, c’est l’humain qui est au centre. On ne peut que saluer Gondry de ne pas avoir laissé tomber les effets physiques ou tout du moins de n’avoir utiliser le numérique que quand il est nécessaire. Il est à noter également que, tout comme dans Kick Ass, The Green Hornet se veut un film de super héros inclus dans la réalité et que de ce fait, il y a beaucoup de morts, notamment des innocents, et, sans aucune mauvaises pensées, cela fait un bien fou face à toutes ces adaptations édulcorées ou la violence n’a jamais de conséquence.
Sans parvenir à redéfinir le film de super héros, Gondry et Rogen nous livre un divertissement à l’ancienne, drôle et surprenant, qui ne perd jamais le spectateur ne le fil de l’histoire. Un modeste réussite qui ouvre la voie à des suites beaucoup plus prometteuses.

Les plus:
Le face à face entre Christoph Waltz et James Franco
La scène de flash back 100% pur jus Gondry
Seth Rogen en Super Anti Héros
Les moins:
Le trop peu de libertés artistiques laissées à Michel Gondry


posted by valmens in Les Critiques and have Comments (4)

4 Responses to “The Green Hornet : Critique”

  1. […] Cet article pourrait vous intéresser: Super, la bande annonce The Green Hornet, la Critique […]

  2. […] Green Hornet, la critique Paul, la critique posted by valmens in Bandes Annonces and have Comment (1) Tags: 50/50, Anjelica Huston, Anna Kendrick, Bryce Dallas Howard, Green Ornet, Hesher, jonathan levine, Jospeh Gordon Levitt, Judd Apatow, Observe and Report, Seth Rogen, Wackness […]

  3. […] articles pourraient vous intéresser: Super, la bande annonce Green Hornet, la Critique posted by valmens in Bandes Annonces and have No Comments Tags: affiches, bande annonce, […]

  4. […] The Green Hornet La scène de flash back 100% pur jus Gondry Seth Rogen en Super Anti Héros Le face à face entre Christoph Waltz et James Franco […]

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam