Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Rebelle : la critique

Rebelle Pixar nous livre sa première héroïne et son premier conte médiéval. Si la réussite n’est pas totales, le film déborde tellement de qualité qu’on excuse les quelques (gros) défauts de cette production.
Rebelle Note:2.5/4

Titre original: Brave
Réalisation: Mark Andrews, Brenda Chapman, Steve Purcell
Scenario: Mark Andrews, Steve Purcell, Brenda Chapman, Irene Mecchi
Casting: Kelly McDonalds, Billy Connolly, Emma Thompson, Julie Walters, Craig Ferguson…
Musique originale : Patrick Doyle
Sortie: 1 Août 2012
Vu le 6 Août 2012 à 20h25 à l’UGC Montparnasse en 3D

Synopsis: La princesse Merida a beau avoir un avenir tout tracé auprès de l’un des 3 seigneurs écossais prêts à tout pour avoir sa main, elle aspire à une vie pleine d’aventures et de liberté dont son titre la prive. Fuyant son destin, elle rencontre une sorcière qui lui propose de changer les choses pour de bon.
Critique:
Visuellement hallucinant (même si une fois de plus la 3D, aussi soignée soit-elle, n’apporte strictement rien), ce dernier opus issus du réservoir de talent que sont les studios Pixar est un film globalement inattaquable. Poursuivant leur évolution entamé avec Toys Story 3, Pixar s’intéresse à nouveau ici à adolescence et à la complexité des sentiments attachés à cet âge. Mais le film ne se contente pas de cela et se sert d’une aventure chargée de poésie, d’action, d’aventure, d’humour et de tendresse pour mener à bien cette histoire. Les images sont superbes, envoutantes même, plongeant constamment le spectateur au cœur de cet univers à la fois réaliste et merveilleux, pourtant, pour ce qui est de la réalisation à proprement parler, on ne peut pas parler ici de prouesse, l’ensemble étant relativement convenu (on est loin de l’instinct visuel de Brad Bird sur Les Indestructibles ou Ratatouille). Non, ici, même si l’univers visuel est très beau, c’est l’histoire qui prime et la réalisation se laisse aller dans un certain conformisme confortable qui, sans être déplaisant, déçois de la part des studios qui, dans les 10 premières minutes de Là Haut ou dans l’intégralité de Wall-E nous montrait que leur sens de l’image, du découpage et du rythme était au cœur de la puissance émotionnelle de leurs films. C’est bien dommage car la richesse de l’univers, des personnage et l’incursion (pour la première fois il me semble) de la magie au cœur de leur histoire laissait présager quelque chose de beaucoup plus riche. Malgré cela, Pixar nous propose  un film largement au dessus du lot en terme d’animation (techniquement et visuellement), et on peut attribuer l’aspect « poli » de la réalisation au « départ forcé » de la réalisatrice Brenda Chapman en cours de production.
Rebelle

Point de vue histoire, aussi sympathique soit-elle, cette pseudo légende sent un peu le réchauffé réchauffé (le Disney même) et c’est là le seul point faible du film. Surprenante de bout en bout autant par ses rebondissements que par la tournure que prennent les situations (notamment la violence de certaines scènes laisse penser que Pixar revient vers les origine des films d’animation de Disney ou la peur prenait souvent le pas sur le mignon), le cœur de l’histoire avec sa princesse rebelle qui trouve que ses parents sont trop restrictifs, qui est pleine de talents surprenants… tout ceci a été vu mille fois. Et si cette princesse est moins statique et cruche que la plupart des héroïne de Disney, ça reste une sale gosse, tant et si bien qu’on a souvent du mal à prendre son parti. Pour le reste, on retrouve de nombreux thèmes chers à Pixar (l’importance de la communauté, les valeurs traditionnelles de la famille, l’humour bon enfant et visuel…) qui font de ce film un divertissement intelligent et appréciable de bout en bout, mais à aucun moment on ne ressent l’émerveillement absolu et subjuguant de leurs précédents films.

Rebelle

Pixar nous livre ici un film sympathique et prenant mais ne parvient pas à se mettre au niveau de ses précédents essais. Perdus au milieu de l’actuelle politique d’extensions des franchises du studios, ce film ne semble pas avoir était pour autre chose que pour faire patienter le public avant le prochain film qui sera, on l’espère un cran au dessus. Mais globalement, ce Rebelle profite d’un traitement graphique proprement hallucinant, d’un scénario intelligemment écrit qui parvient à toujours retomber sur ses pieds et à surprendre de bout en bout et d’un humour efficace qui fait tout le temps mouche.
Pixar se contente donc ici de nous livrer un simple divertissement sur fond d’adolescence à la fois prenant et superbe. Pourquoi bouder notre plaisir ?
Les plus:
Les décors d’une beauté et d’un réalisme à se pâmer
L’accent écossais qui hante tout ce film
La capacité du film à surprendre avec un histoire somme toute classique
Les moins:
Le manque de profondeur et de poésie du film
Une conclusion un peu trop convenue


posted by valmens in Les Critiques and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam