Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Rango: la Critique

Rango Réussite graphique sans précédent, Rango ne parvient pas à faire les choix scénaristiques qui lui aurait permis d’être une réussite complète et fini même par ennuyer.
Rango Note:2/4
Réalisation: Gore Verbinski
Scenario: John Logan
Casting: (voix en VO) Johnny Depp, Isla Fisher, Abigail Breslin, Alfred Molina, Ned Beatty, Bill Nighy…
Musique: Hans Zimmer
Sortie: 23 Mars 2011
Synopsis:
La vie d’un lézard d’aquarium bascule le jour où, calé sur la banquette arrière d’une voiture, il est accidentellement éjecté au milieu du désert, sans aucune connaissance du monde sauvage. A la recherche d’eau et de compagnie, il rejoint la ville de Dirt où sa mythomanie théâtrale et sa chance le hissent quasi immédiatement à la position de shérif. Mais sa vie de héros inventé ne pèsent pas grand chose face à la réelle détresse des habitants de la ville.

Critique:
Dès ses premiers plans, Rango se veut un film d’animation en dehors du cadre traditionnel de ce genre, avec une scène d’introduction anti spectaculaire, un personnage central qu’on peut facilement qualifier de mentalement déviant et des graphismes crus et ouvertement laids à la limite du dérangeant. Au commencement donc, le film se présente comme une exploration des possibilités de l’animation vers des voies plus sombres et plus adultes que celles qu’on a l’habitude de croiser, et les très nombreuses références qui articulent la première partie du film laissent présager le meilleur pour la suite. Des clins d’œils directs à la carrière de Johnny depp (Las Vegas parano, Arizona Dream) aux références appuyées à un cinéma de genre adulte (Délivrance, Imitoyable, La nuit de morts vivants, Apocalypse Now, Mad Max 2…), Rango, dans cette première moitié, n’hésite pas à perdre son public le plus jeune et le moins éduqué, et il est vrai qu’on suit avec plaisir les aventures de cet anti héros aussi laid qu’il est détestable. Sans jamais réellement parvenir à apporter quelque chose de nouveau dans son scénario, Rango a l’intelligence de se reposer sur des références solides et toujours bien placées. Mais voilà, le film est bel et bien divisé en deux parties, et si la première partie est en effet pleine de bonnes surprises et chargée d’une ambition réelle, la secondes vient torpiller tout cela aussi violemment que le film fini par se contredire maladroitement dans sa conclusion. Car oui, ce qui s’annonçait comme un conte initiatique sombre et cruel comme on en avait probablement pas vu en animation depuis Brisby et le secret de NIMH, ce premier essaie à l’animation de Gore Verbinski se conclu comme un médiocre Disney, oubliant toute notion de continuité quant au message du film.

Rango
Mais il serait injuste de ne se focaliser que sur les défauts du film, car il est vrai que Rango est rafraichissant dans le paysage cinématographique actuel, tout d’abord car il s’agit d’une histoire originale, du moins dans les faits, et dans une année jonchée de remakes et de suites, il est très agréable d’apprendre à découvrir un nouveau personnage, d’autant plus quand celui si est à ce point dérangé. L’autre énorme point fort du film est la qualité de son animation et sa volonté de créer un univers très cohérent dans sa laideur réaliste. Frôlant gracieusement la perfection visuelle, Rango profite également de tout le savoir faire de réalisateur de Gore Verbinski qui parvient à insuffler à certaines de ses scènes un dynamisme bienvenu d’autant plus qu’il est rare dans l’animation. Enfin, et même s’il est toujours dur de se focaliser là dessus dans le cadre d’un film d’animation, la jeu d’acteur apporte beaucoup au film, d’autant plus que les acteurs acceptent d’oublier qu’ils sont dans un film d’animation et s’interdisent donc de sur-jouer. Johnny Depp, pilier du film, nous livre ici l’une de ses plus belles performances depuis Once Upon a Time In Mexico (film où il était d’ailleurs le seul intérêt). Le casting, très savamment équilibré, permet au film de trouver une fluidité réelle, faisant oublier la laideur volontaire des personnages pour se focaliser sur leur personnalité.
Rango
Mais voilà, ce qui ressemblait à la première réussite totale de Gore Verbinski, qui a toujours eu du mal à trouver un équilibre dans ses films (même Le mexicain, aussi décrié fût-il, possédait tous les éléments d’un bon film et serait probablement devenu culte s’il n’avait pas complètement sombré dans le ridicule dans sa deuxième partie et si le personnage interprété par James Gandolfini, âme du film, ne disparaissait pas si tôt) n’est qu’un échec supplémentaire dans la carrière du réalisateur, pas dans le sens où le film est mauvais, mais dans le sens où, une fois de plus, il échoue dans son ambition. Réaliser, c’est faire des choix et s’y tenir. Gore Verbinski en est incapable, et tous les choix très courageux de la première partie du film sont abandonnés dans sa conclusion, même le ton et l’humour très adultes du film finissent par être remplacé par une ambiance très familiale qui n’est pas sans rappelé Fievel au Far West, au point qu’on fini par sincèrement se poser la question de la cible du film. Rango est d’autant plus frustrant que tout ce qui a été instauré dans le film, toutes ses bonnes intentions, sont ensuite ignorées, délaissées, pour laisser place à une morale en carton qui est aussi mal venue qu’elle est inutile.
Plus une déception qu’un échec, Rango marque tout de même par la qualité de ses graphismes, ses références en pagaille, son casting violemment efficace et sa réalisation léchée et dynamique. Mais le film ne parvient pas à créer des personnages consistants de bout en bout et fini même par se contredire, perdant donc tout l’attention et l’intérêt du spectateur qui subit la fin du film plus qu’il ne la suit.

Les plus:
Des graphismes d’une superbe laideur
Un casting qui se plie avec talent à l’exercice de l’animation
des références drôles et bien placées
Les moins:
Un scenario qui fait semblant d’avoir quelque chose à dire
Un rythme irrégulier qui fini par ennuyer


posted by valmens in Les Critiques and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam