Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Paul: la critique

Paul Le duo gagnant de Hot Fuzz et Shaun of The Dead revient pour s’attaquer cette fois-ci à la SF, avec tout le talent, le respect et l’humour qu’on leur connaît.
Paul Note:
Réalisation:Greg Mottola
Scenario: Simon Pegg & Nick Frost
Casting: Simon Pegg, Nick Frost, Seth Rogen, Kristen Wiig, Jason Bateman, Bill Hader, Jo Lo Truglio…
Musique: David Arnold
Sortie: 2 Mars 2011
Synopsis:
Clive et Graeme, deux nerd anglais, réalisent le rêve de leur vie en s’embarquant dans un road trip américain partant du comic con (San Diego) pour ensuite aller visiter tous les lieux cultes ayant un lien avec les légendes extraterrestres aux USA. A bord de leur caravane, ils font le voyages de leur rêvent jusqu’à la rencontre de Paul, un extra terrestre en fuite qui a besoin de leuraide pour échapper à une mort certaine.
Critique:
Simon Pegg et Nick Frost font partie de cette catégorie d’acteurs qui, en très peu de films (deux pour eux, Shaun of the Dead et Hot Fuzz, mais aussi et surtout une série télé, Spaced) sont devenus cultes au point que toutes leurs apparitions et tous leurs projets deviennent immédiatement des objets cinématographiques ultra attendu, pour lesquels justement les attentes sont immenses. Ainsi, même s’ils sont ici séparés de leur réalisateur habituel, l’ultra doué Edgar Wright qui était lui aussi occupé à s’essayer au marché américain avec le déjà culte Scott Pilgrim Vs. The World, Simon Pegg et Nick Frost nous livre ici une troisième aventure de leur couple cinématographique en s’attaquant cette fois à la SF et au roadmovie (après avoir touché au film de zombie et au buddie movie). Les amateurs du duo retrouveront donc tous les éléments qu’ils chérissent chez eux: des références et des clins d’œils en vrac, un humour british et bon enfant qui ne tombe jamais à plat, un respect énorme des genres abordés et une histoire aussi stupide que passionnante. Cette aventure américaine est donc bel et bien une réussite, et tout commence avec un scenario extrêmement solide qui, en plus de nous poser des personnages secondaires drôles et surprenants (le duo d’acteur principal accepte d’ailleurs pour la première fois de se laisser régulièrement voler la vedette par les différents membres du casting ricain réunissant la crème de la comédie US), est extrêmement malin, en justifiant tout ses choix et tous ces clichés. Ainsi, tous les gags qui ailleurs auraient pu paraître grossiers ou absurdes appartiennent ici à un univers concret et réaliste. C’est la première fois que Frost et Pegg écrivent un scenario de long à 4 mains, et on espère donc que ce ne sera pas la dernière.
Paul
L’autre grande réussite de Paul c’est justement le personnage de Paul, un extraterrestre entièrement en images de sythèse à qui Seth Rogen prête sa voix. Ce qui aurait pu ressembler à un vulgaire pastiche du personnage de Roger dans American Dad en est tous l’opposé: drôle, attachant, humain (dans les limites du possible) et original, on oublie immédiatement que Paul est en image de synthèses tant son personnage et ses interactions avec les autres sont réalistes et naturels. A aucun moment on ne se pose la question du défi technique ou on ne se demande comment ils ont fait cela, car on est bien trop pris par le personnages et l’histoire pour s’arrêter à ce genre de considérations. Seth Rogen (déjà bien rodé à cet exercice grâce à ses expérience sur Kun Fu Panda et Monstre et Cie) nous livre d’ailleurs ici l’une de ses plus belles préstations, sans apparaître une seconde à l’écran. Sa voix grave et son sens de la réplique font de toutes les apparitions de cet extraterrestre un réel plaisir. Seth Rogen fait de Paul ce que ET était par rapport à Elliot. Cette version adulte et décadente du petit extraterrestre représente pour les deux nerds anglais ce que ET représentait pour le petit garçon. D’ailleurs Paul est une sorte de remake de ET, il en reprend énormément d’éléments structuels, sans même parler des constants hommages respectueux fait à Spielberg et son traitement du mythe des extraterrestre. A ce sujet, le film s’amuse à faire des références en cascade et un public non sensible à la SF et aux films d’extraterrestres risque fortement de passer à côté de beaucoup des meilleurs gags du films, mais l’oeuvre reste populaire et pour peu que vous ayez vu les classiques indispensables du genre (Alien, ET, Rencontre du 3eme type, Retour vers le futur, Star Wars IV V VI…) vous ne serais jamais perdus dans des digressions purement geek.
Paul
Mais Paul n’est pas le seul intérêt du film, loin de là. En mélangeant Simon Pegg et Nick Frost à ceux que Saturday Night Live et Judd Apatow ont découvert, ce film regroupe les plus grands talents comiques du cinéma actuels, et accompli l’exploit de ne jamais surexploiter ou sous exploiter aucun de ces acteurs. Kristen Wiig est hilarante en extrémiste religieuse reniant brusquement tous ses idéaux, le couple d’agents cheap formé par Paul Hader et Joe Lo Truglio pourrait avoir un film entier consacré à lui (je propose un préquel) tant leur énergie débordante éclabousse l’écran à chacune de leurs apparitions, Jason Bateman est génial dans ce parfait contre emploi (le monsieur tout le monde à la cool du cinéma américain est ici un agent froid et efficace), Jane Lynch parvient en deux apparition de quelques secondes à provoquer l’hilarité de la salle…Mais le film n’est pas parfait (il n’en a d’ailleurs pas l’ambition). Le principal défaut du film, s’il en est un, est l’absence d’Edgar Wright à la réalisation et à l’écriture. Si on ne peut que se réjouir qu’il ai consacré son temps à Scott Pilgrim plutôt qu’à ce projet (du coup on a les deux films plutôt qu’un seul), le rythme et la limpidité qui caractérisaient Hot Fuzz et Shaun Of The Dead ont disparus, et quelques longueurs viennent se loger ça et là, sans jamais réellement nuire au film. Le film souffre également d’une absence de signature visuelle, Greg Mottola (réalisateur du monstre de comédie qu’est Superbad) ayant visiblement préféré se concentrer sur la direction d’acteurs et sur l’incrustation parfaite du personnage de Paul au sein de ce casting. Si ces pertes privent Paul d’être un chef d’œuvre de la comédie, elles ne nuisent jamais à son objectif premier : rendre un hommage à des films chers à l’équipe tout en divertissant le public (dans cet ordre).
Ainsi Paul est le digne descendant américain de Shaun of the Dead et Hot Fuzz, un hommage respectueux, drôle et original à la SF, sans jamais être parodique ou moqueur. Le film est aussi l’un des rares films d’extraterrestres actuel ayant un message positif  et léger (ici pas d’envahisseur ou de violence inutile) et c’est follement rafraichissant. Cet ET pour adulte est un voyage jouissif et hilarant qui n’oublie jamais de laisser une place à l’émotion et à l’humanité.

Les plus:
L’intégralité d’un casting très riche et parfaitement dirigé
Le personnage de Paul qui prend forme et humanité grâce à la voix de Seth Rogen
C’est drole, très drôle, et jamais bête
Simon Pegg a les tee shirt les plus cool du monde
Les moins:
Un léger manque de dynamisme


posted by valmens in Les Critiques and have Comments (3)

3 Responses to “Paul: la critique”

  1. […] articles pourraient vous intéresser: Bridesmaids la bande annonce Paul, la Critique Top 3 news du 23 Avril 2011 Share Tweet posted by valmens in Les Critiques and have No Comments […]

  2. […] au moment du premier visionnage : 3/4 DVD acheté : Oui Lien vers la critique MovieSlayer Ici encore, le film d’alien se mélange avec le buddy movie et le road trip pour nous offrir […]

  3. […] Le personnage de Paul qui prend forme et humanité grâce à la voix de Seth Rogen C’est drole, très drôle, et jamais bête L’intégralité d’un casting très riche et parfaitement dirigé Simon Pegg a les tee shirt les plus cool du monde Les plus: Les moins: Paul […]

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam