Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Mes Meilleures Amies : la critique

Mes Meilleures Amies Comédie beaucoup plus dramatique que ce qu’elle laisse entendre, Mes Meilleures amies est à la fois drôle, triste bancal et sincère. Une réussite teintée de maladresse.
Mes Meilleures Amies Note:3/4
Réalisation:Paul Feig
Scenario: Kristen Wiig, Annie Mumolo
Casting: Kristen Wiig, Maya Rudolph, Rose Byrne, Chris O’Dowd, Melissa McCarthy, Ellie Kemper, Wendi McLendon-Covey, John Hamm…
Musique: Michael Andrews
Sortie: 10 Août 2011

Synopsis:
Annie, la trentaine passée, n’a pas vraiment réussi à accomplir ce qu’elle voulait dans sa vie, autant dans sa vie sentimentale que professionnelle. Quand sa meilleure amie lui propose d’être sa demoiselle d’honneur, elle y voit autant l’occasion de renforcer leur amitié que de s’apercevoir qu’elles avaient emprunté des chemins radicalement différents dans leurs vies respectives.
Critique:
Quand un génie du petit écran de la trempe de Paul Feig (derrière des joyaux tels que Freaks and Geeks, The Office ou Nurse Jackie) passe au grand écran avec à ses côtés la nouvelle reine de la comédie US, Kristen Wiig (qui est autant de la famille de Saturday Night Live que de la bande Apatow, qui a déjà brillé dans Paul et MacGruber), qui profite de l’occasion pour faire ses armes à l’exercice de scénariste, on espère autant l’explosion de génie qu’on ne craint le ratage complet. Cependant, avec la série de bande-annonces drôles à en perdre le contrôle de sa vessie et l’exceptionnel succès surprise aux US (166 000 000$ pour un budget de seulement 32 000 000$), on était rassurés. Le film s’annonçait comme un Very Bad Trip au féminin, où la grossièreté serait remplacée par un sens aigu du malaise. Et pourtant, le résultat est tout autre, quelque part entre la réussite maladroite et le merveilleux coup de chance, un équilibre précaire et parfait. Mes Meilleures Amies s’évertue même, tout son long à ne pas être la version féminine du film de Todd Philips, en évitant toutes possibilités de parallèles, et c’est tout à son honneur. Sans être un réussite complète, la première chose qui surprend au sortir du film est la variété de sentiment par lesquels le réalisateur est parvenu à nous faire passer, sans qu’on ai jamais l’impression d’être manipulé ou qu’on voit venir de loin les grosse ficelles scénaristiques. On reconnaît bien là l’habilité de Paul Feig qui faisait exactement de même dans Freaks and Geeks, parvenant à intercaler des scènes de pure comédie (et on rigole vraiment beaucoup dans ce film) avec de véritables moments dramatiques, le tout enrobé dans un contexte tellement réaliste est précis que chaque personnage semble palpable. Tout sonne extrêmement juste, et si on peut regretter quelques très gros défaut de la part du réalisateur, comme un manque de personnalité visuelle ou une incapacité à correctement gérer le rythme du film (les changements sont tellement abruptes qu’on a perd parfois le file de l’histoire en loupant les jonctions où le drame reprend le dessus) il serait malhonnête de dire que cela gâche le film. C’est seulement bien dommage, parce qu’avec seulement un peu plus de maîtrise du rythme et du langage cinématographique, on aurait frôlé le coup de génie.
Mes Meilleures Amies

Mais le film, même si on lui reproche son manque d’ambition, est maîtrisé et est parmi les comédie les mieux écrites de l’année, avec une extraordinaire galerie de personnages qui ont tous en eux autant d’humanité et de ridicule. Si le film fonctionne, c’est bien sûr parce que sont écriture et sa réalisation sont sincères mais c’est aussi grâce à son très bon casting où les têtes connues (Kristen Wiig, Rose Byrne, John Hamm) viennent en croiser d’autres moins connues (Chris O’Dowd, Ellie Kemper) voire inconnues au bataillon (Melissa McCarthy, Wendi McLendon-Covey), où les acteurs abonnés aux séries télé viennent tâter avec succès le grand écran, un peu comme le réalisateur. Chacun est parfait dans son rôle d’autant plus qu’on sent que les techniques d’improvisations caractéristiques des films produits par Judd Apatow ont une fois de plus était utilisées ici, permettant un certain naturel aux dialogues et surtout une appropriation complètes des personnages par les acteurs. Et si ici, fait rare, vraiment tous les acteurs sont excellents (jusqu’au moindre petit rôle), certains parviennent à réellement sortir du lot, en particulier Chris O’Dowd tout droit sorti de The IT Crowd qui fait ici son premier gros rôle sur grand écran et dévoile une surprenante sensibilité, Melissa McCarthy qu’on avait croisé à la télé aussi dans The Gilmore Grils qui dévoile ici un incroyable potentiel comique provoquant l’hilarité à chacune de ses répliques sans pour autant avoir à gratter du côté de l’absurde et de la vulgarité, et Rose Byrne (qu’on a vu un peu partout, de Sunshine à Get him to the Greek) qui dévoile ici son aptitude à être délicieusement drôle et parfaitement détestable du début à la fin du film tout en étant parfaite (bel exploit). Kristen Wiig profite elle du film pour prouver qu’elle a les épaules pour un premier rôle et qu’elle n’est pas cantonner au seul registre comique. Elle est de tous les plans et ne laisse jamais retomber le film. Un films d’acteurs et de personnages donc qui parvient à se dégager des clichés et à donner un aspect très réaliste et humaniste à l’ensemble.

Mes Meilleures Amies

Si le film avait l’une des bandes-annonces les plus mensongères de l’histoire du cinéma (jusqu’à ajouter des gags qui ne se trouvaient finalement pas dans le film) c’est pour le mieux, parce qu’il parvient à amener avec subtilité et simplicité un large public vers un type de divertissement plus complexe et intelligent que ce qui se fait actuellement. Ce mélange de comédie, de drame et de réflexion sociale est le plus franc miroir de notre société qu’on ai vu depuis longtemps dans un divertissement grand public, au point que certaines scènes de pétages de plombs de Kristen Wiig (qui fini par craquer face à la ridicule exubérance des préparatifs du mariage) sont ressenti comme un soulagement par le public. Kristen Wiig incarne à la perfection cette femme moderne et seule qui n’arrive pas à ne serait-ce qu’avoir une vie simple, elle incarne cette middle class américaine qui a beaucoup perdu durant la crise et à qui le cinéma n’arrête pas de balancer des images de bonheur et de richesse exubérants qui lui filent la nausée plus qu’elles ne la font rêver. Antidote aux « Chick Flick » traditionnels à la Sex and the City, Mes Meilleures Amies traite pour une fois avec réalisme de ce qu’est l’amitié au féminin, et de toutes la complexité comprise dans cette relation souvent caricaturée à l’écran. A ce sujet, autre fait rare et remarquable, le titre français du film est plus juste que le titre original, Bridesmaids, qui mettait plus l’action sur le contexte que sur la relation.
Film accidentellement féministe donc, autant pour son fond que par sa forme (oui, enfin une comédie au féminin qui n’est pas culcul ou simplement ridicule…ça me fait du mal de le dire, mais la dernière fois c’était Bridget Jones et c’était il y a 10 ans), Mes Meilleures Amies n’est peut-être pas la meilleures comédie de l’année mais c’est l’une des plus belles surprises, un de ces films qu’on aime aime de plus en plus à force d’y penser.

Les plus:
Un casting parfait, de la joyeusement désespérante Kristen Wiig à la parfaitement détestable Rose Byrne en passant par l’abjecte John Hamm
Une réelle sincérité dans les personnages autant que dans l’histoire
Une destruction volontaire et méthodique de beaucoup des clichés des films de mariage
Les moins:
Un rythme maladroit et une réalisation trop discrète

Ces articles pourraient vous intéresser:
Bridesmaids la bande annonce
Paul, la Critique
Top 3 news du 23 Avril 2011


posted by valmens in Les Critiques and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam