Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

L’Odyssée : la critique

odyssee L’Odyssée aurait pu être un film d’aventure sur fond de fable écologique, ce n’est qu’une fresque fade qui attend d’être diffusée à 20h50 sur TF1.
odyssee Note:1,5/4
Titre original: L’Odyssée
Réalisation: Jérôme Salle
Scenario: Jérôme Salle, Laurent Turner
Casting: Lambert Wilson, Pierre Niney, Audrey Tautou
Sortie: 12 octobre 2016
Musique: Alexandre DesplatVu le 30 octobre 2016 à 16h25 à l’UGC Ciné Cité Confluence

Synopsis:
Alors qu’il est encore dans la Marine, le commandant Cousteau commence à se faire remarquer par l’invention d’un nouveau scaphandre de plongée et surtout la réalisation de films documentaires sur sa passion : la découverte des fonds sous-marins. Trés vite, son ambition et la soutien de sa femme le propulsent sur le devant de la scène mais créent également une relation complexe avec son fils cadet, Philippe.
Critique :
Même 20 ans après sa mort, le commandant Cousteau continue à fasciner, et c’est donc en toute logique qu’on lui consacre aujourd’hui un biopic. Si l’intention est bonne et si le casting est plutôt intelligent, notamment en donnant le rôle principal à Lambert Wilson, le résultat est bancal et décevant. Tout d’abord, il ne s’agit pas à proprement parler d’un biopic sur le commandant mais plus d’un film centré sur la vie de son fils ainé (incarné par Pierre Niney) et sur la relation à la fois fascinée et confluctuelle qu’il entretenait avec son père. Ce n’est pas forcément une mauvaise idée, mais c’est dommage parce que du coup, toute une partie de la vie du commandant est complètement absente du film (son enfance, son passé de militaire, sa rencontre avec sa femme, son invention du scaphandre). De plus, le personnage de Philippe semble avoir été accidentellement traité comme un fils à papa faussement rebel alors que l’intention était visiblement d’en faire une sorte de conscience morale du commandant, tant est si bien qu’on finit par être agacé par chacune de ses apparitions (qui sont trés nombreuses). Mais le problème majeur du film est structurel : L’Odyssée n’est pas une odyssée, on ne suit pas du tout le cheminement d’un personnage ou d’un groupe de personnages, mais on est balancé d’une saynète à une autre, souvent sans lien et chacune d’entre elles pouvant être espacées de quelques heures comme de quelques mois. Jérôme Salle préfère se concentrer sur les réactions plutôt que les actions, mais cela laisse de côté toute une partie potentiellement passionnante de l’histoire. On aurait aimé vivre avec eux les aventures des passagers du Calypso, mais le découpage du film en chapitre d’à peine quelques minutes finit plus par ressembler à un survol de cette histoire plus qu’à une immersion. De plus, le film a souvent du mal à trouver son personnage principal, hésitant entre le père et le fils, et du coup il est souvent centré sur le mauvais personnage, nous faisant râter des étapes possiblement fascinantes de ce récit (notamment toutes les inventions du commandant). Si quelques scènes restent superbes (notamment la plongée avec les requins) on est tellement extérieur au film et aux personnages qu’on finit trés vite par être gagné par l’ennui. C’est d’autant plus dommage que le film reste formellement ambitieux, avec un tournage en lieux réel, une photographie très convaincante et un budget conséquent.

odyssee

Le scénario reste le premier responsable des défauts de ce film. En préférant raconter une saga familliale plutot que de faire un film d’aventure, le scénario laisse la part belle aux personnages, mais oublie cependant de leur donner de l’humanité. Si on les voit évoluer et interagir, on ne les voit jamais être eux même, on ne comprend jamais totalement les raisons de leurs actions, c’est d’autant plus évident à la fin du film où le commandant cousteau change complètement de personnalité avec un élément déclancheur qui paraît assez anecdotique. On régrette également que le scenario ai choisi de se pencher uniquement sur la relation père fils avec un seul des deux fils alors que l’histoire du fils aîné semble au moins aussi intéressante. Mais au final, c’est bien l’incapacité du sénario à se focaliser sur quoi que ce soit qui tue le film. Il n’était pas nécessaire de raconter 30 ans de la vie du commandant pour brosser un portrait du personnage et de sa famille, il aurait été plus judicieux de vivre avec eux une expédition et de les découvrir dans l’action. On se rend vite compte que La vie aquatique réalisé il y a 10 ans par Wes Anderson proposait un portrait beaucoup plus touchant du commandant (en se focalisant aussi sur une relation père/fils), et cela sur le ton de la comédie douce amère. Si l’Odyssée est un film ambitieux dans ses moyens, il ne l’est pas dans son scénario et c’est pourtant là qu’on l’attendait. Au niveau du casting, Lambert Wilson est trés bon dans ce rôle, même si son charisme naturel fait que même dans les scènes où le personnage est dépeint négativement, on garde toute notre sympathie pour lui. Audrey Tautou surprend aussi avec un rôle plus complexe que d’habitude dans lequel elle prouve qu’elle n’est pas cantonné à un seul type de jeu. Malheureusement Pierre Niney déçoit un peu. Difficile de savoir si c’est du à son jeu ou à l’écriture de son personnage, mais il dégage malgré lui tout le long du métrage quelque chose de détestable qui est d’autant plus désagréable qu’on sent que ce n’est pas nécessairement l’intention du réalisateur.

odyssee

Incapable de choisir ce qu’il est (drame familiale, fable écologique, récite d’aventure, biopic charcuté…), l’Odyssée finit par être anecdotique et ne parvient pas à remplir les missions premières d’un biopic sur un telpersonnage : nous en apprendre plus sur un personnage fascinant et donner envie de (re)découvrir son oeuvre. Le film semble se raccrocher uniquement à la nostalgie, ne proposant à aucun moment une histoire à dimension cinématographique. Si vous ajoutez à cela quelques maladresses scénaristiques et des zones d’ombres qui enlèvent toute forme de fluidité au film, et on obtient un film laborieux et sans rythme. Jérôme Salle semble vouloir se servir de ce film pour s’établir comme un grand réalisateur de divertissement français, mais on a plus l’impression qu’il s’agit d’un film de yes man dont le scénario a été découpé et appauvri avant de passer par la case tournage (ce qui est d’autant plus surprenant qu’il l’a coécrit). Si le film n’est pas dénué de qualités (les maquillages sont particulièrement bien réussis par exemple), il est anéanti par son incapacité à donner de la vie à son histoire ou à ses peronnages.

L’Odyssée a beau avoir beaucoup d’ambition, il n’est au final qu’un biopic formaté de plus qui n’apporte rien sur le personnage et laisse de côté ce qu’on voulait voir…

Les plus:
Quelques scènes trés bien mises en images
Des maquillages réussis
Les moins:
Un scénario dénué d’intérêt
Des personnages caricaturaux
Une absence totale de rythme


posted by valmens in Les Critiques and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam