Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Les Croods : la critique

les Croods La bonne surprise de cette première moitié d’année : drôle, beau et original, Les Croods est une véritable réussite à ne louper sous aucun prétextes pour tous les fans d’animation (et les autres).
les Croods Note:3/4
Titre original: The Croods
Réalisation: Kirk De Micco, Chris Sanders
Scenario: Kirk De Micco, Chris Sanders, John Cleese
Casting: Emma Stone, Nicolas Cage, Catherine Keener, Ryan Reynolds, Clark Duke…
Musique originale : Alan Silvestri
Sortie: 10 Avril 2013
Vu le 13 Avril 2013 à 19h45 à l’UGC Bercy

Synopsis : la préhistoire est cruelle pour les hommes des cavernes, les Croods l’ont bien compris et le père de famille protège sa famille en l’enfermant la plupart du temps dans une caverne, n’autorisant des sorties que pour aller chasser. Ce mode de vie ne convient pas du tout à Eep, l’ainée des enfants, qui est sûre qu’il a plus à voir du monde.
Critique :
Cela faisait longtemps qu’une film d’animation avait à ce point fait preuve de fraîcheur, de créativité et d’originalité. Les Croods n’est pas un chef d’œuvre, il n’en a ni l’intention ni la prétention de l’être, pourtant, ce film à la fois drôle, léger, intelligent et décalé nous propose une aventure visuelle sans précédent qui surprendra même les plus réfractaire à ce genre de films. Malgré un matériel promotionnel un peu fade qui le faisait ressemblait à un produit sans âme  des studios DreamWorks qui mêle aventure initiatique, références pop et personnages mignons, Les Croods ne se plie à aucun schéma pré établi et nous propose une réflexion sur la famille bien menée et touchante à défaut d’être originale. La première chose qui frappe dans ce film est la richesse de son univers visuelle, qui nous propose une galerie assez sidérante de créatures farfelues et de décors grandioses, ne se reposant jamais sur un schéma unique. Si les croods sont moches (se sont des hommes de cavernes, c’est normal) l’univers dans lequel ils évoluent est lui sublime et drôle à la fois. Découvrir au générique qu’il vient en partie du même de l’absurde qu’est l’ancien Monty Python John Cleese n’est au final pas réellement une surprise. Le rythme du film est très emporté, il ne s’attarde jamais inutilement sur une scène, a un sens incroyable du dialogue et sais doser ses effets comiques si bien que tout s’enchaîne avec une rare fluidité. Si on regrette quelques gags un peu faciles qui ont clairement été mis là pour être utilisés dans la bande annonce, on apprécie tout particulièrement l’attention apportée à développer chaque personnage (mis à part la mère qui est malheureusement laissée un peu de côté) et à poursuivre des blagues sur toute la longueur du film sans jamais tomber dans la lourdeur.
les Croods

Même le scénario est surprenant : contrairement à ce que laissait penser la bande annonce, le cœur du film n’est pas la relation entre Eep et le nouveau venu Guy mais celle entre Eep et son père le tout dans une sorte d’adaptation très libre de l’ de Platon (si si). Marchant sur les plates bandes du dernier Pixar, Rebelle, les personnages principaux étant assez similaires, Croods a l’intelligence de faire évoluer ses personnages et de leur donner plus de caractère si bien qu’on finit par réellement être attaché à eux et à l’issu de leurs conflits. Film familiale sur la famille, Croods n’invente rien en nous livrant un discours sur l’importance de s’ouvrir en permanence aux nouvelles expériences, mais il le fait avec une honnêteté toute rafraichissante qui donne au film un ton tout à fait singulier. Le casting des voix n’est pas inintéressant non plus : Emma Stone donne une énergie incroyable à son personnage tandis que Nicolas Cage livre l’une de ses meilleures prestations. Reposant sur une nombre très réduits de personnages, le film parvient à ne jamais lasser à associant à chacun des ces personnages un type de gag très différent, les faisant s’alterner en permanence dans une sorte de ballet d’humour parfaitement maîtrisé. La palme revient cependant au personnage de Thunk, l’ado débile à qui Clark Ducan prête sa voix. Cerise sur le gâteau, ce film est l’un des rares films 3D à utiliser correctement cet effet, prouvant l’espace de quelques scènes que l’effet « sortie de l’écran » est possible.

les Croods

Même s’il reprend une partie des scénarios de Rebelle et de l’âge de glace, les Croods nous dévoile un univers d’une telle richesse qu’il est difficile de le comparer à quoi que ce soit. Jonglant habilement entre l’absurde, le mignon et le grotesque sans jamais oublier de développer ses personnages car le décor ne suffit pas à faire un film, les Croods est une agréable surprise à ne pas louper.
Les Croods est films d’animation rafraichissant, beau et drôle qui parvient à développer un univers à la fois riche et cohérent sans jamais oublier d’être stupide : une merveilleuse surprise.
Les plus:
La galerie de créatures à découvrir
L’humour décalé et original
La galerie de personnages
Les moins:
Une conclusion un peu trop facile


posted by valmens in Les Critiques and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam