Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Jamais entre amis : la critique

Jamais entre amis Sans être déplaisante, cette comédie romantique ne parvient jamais à arriver à la hauteur de ses ambitions et, au lieu  de réussir à moderniser le genre, se cache derrière une apparence cool pour cacher une trame déjà vue.
Jamais entre amis Note:2,0/4
Titre original: Sleeping with other people
Réalisation: Lesley Headland
Scenario: Lesley Headland
Casting: Jason Sudeikis, Alison Brie, Jason Mantzoukas, Andrea Savage, Adam SCott, Amanda Peet…
Sortie: 9 Septembre 2015
Musique: Andrew Feltenstein, John Nau
<— Pour trouver le DVD, cliquez sur l’affiche

Vu le 13 Septembre 2015 à 17h50 à l’UGC Ciné Cité Confluence

Synopsis:
12 ans après avoir perdu leur virginité ensemble, Lainey et Jack se retrouvent et s’aperçoivent qu’il ont tous les deux de gros problèmes avec les relations amoureuses et la fidélité. Ils décident de ne pas empoisonner leur relation avec toute forme de tension sexuelle et deviennent vite très proche.
Critique :
Jamais entre amis est une comédie romantique qui cherche trop à plaire, perdant au passage toute forme de sincérité. Faisant en permanence le grand écart entre comédie potache à la sauce Apatow et modernisation des codes de la comédie romantique classique, le film ne parvient jamais à trouver son ton ou à construire des personnages principaux intéressants. Loin d’être désagréable, le film profitant d’ailleurs d’un casting de qualité et de quelques scènes réussies (en particulier les scènes comiques), Jamais entre amis souffre cependant d’une volonté mal placée d’être cool, moderne et décalé, sans qu’à aucun moment cela ne paraisse sincère ou vécu (un comble quand on pense que Lesley Headland est à la fois au scénario et à la réalisation). Le film échoue aussi dans son ambition de créer des personnages originaux et actuels, nous ressassant malgré lui le cliché du sympathique « coureur de jupons » qui va trouver l’amour et de la pauvre jolie fille qui est tombée amoureuse d’un salaud. Le scénario développe tout de même quelques idées intéressantes, comme l’addiction amoureuse du personnage féminin, mais le film n’ayant pas réussi à établir des personnages consistants, ces idées finissent par tomber à plat ou tout simplement être abandonnées. On a du mal à voir où la réalisatrice veut en venir, jusqu’à la conclusion qui nous impose un happy end déplacé et décevant (bien qu’attendu) qui vient contredire toute une partie du film. Leslye Headland nous livre un film qui se veut décalé mais qui n’est au final qu’un énième avatar d’une histoire vue et revue, malmené par une réalisation et des choix artistiques discutables, comme le fait de vouloir nous faire croire que les deux personnages principaux ont le même âge alors que la différence d’âge saute aux yeux ou encore cette scène d’introduction où on se demande s’il s’agit d’une parodie ou d’un film au premier degré. Le film n’est cependant pas dépourvu de qualités et nous offre quelques personnages secondaires touchant et réussis (chose rare d’ailleurs, les personnages secondaires sont plus humains et riches que les principaux) qui donnent un peu de légèreté et de fluidité au film. On aurait cependant aimé un discours plus profond et une conclusion moins facile (ou moins gratuite).

L’un des problèmes majeurs est que le scénario semble être la fusion de deux films complètement différents, avec d’une part une comédie potache à la Nos pires voisins et d’autre part une comédie dramatique à la Friends with kids. Le mariage aurait put être heureux mais ça ne fonctionne pas car plutôt d’être un mélange constant, livrant dans chaque scène les deux points de vue, c’est une intercalation de scènes passant d’un ton puis de l’autre. On sent presque le plan « scène comique / scène sérieuse » comme guide majeur du film, et c’est dommage parce que ça empêche le film d’avoir une personnalité. De plus, le scénario nous impose quelques raccourcis étranges et inexpliqués (comme le fait que les deux personnages ne se sont pas parler pendant 12 ans, sans explication, et deviennent meilleurs amis dès qu’ils se retrouvent) qui mettent à mal la crédibilité de l’histoire. A l’écran, si on est content de retrouver Jason Sudeikis et Alison Brie dans les deux rôles principaux, les deux acteurs ne parviennent pas à réellement donner vie à leur personnage (à cause d’une écriture maladroite) si bien qu’on adhère relativement peu à leurs personnages ou à leur relation, lui étant caricaturalement cool, elle caricaturalement sexualisée. En revanche, on apprécie très fortement le couple formé par le toujours excellent Jason Mantzoukas et Andrea Savage, qui est non seulement très bien écrit (même si je soupçonne que ce soit essentiellement de l’improvisation) mais surtout qui démontre une réellement alchimie à l’écran qui donnerait presque envie de voir un film consacré à leur relation. De même, Amanda Peet offre ici une prestation très juste et touchante, même si l’intrigue du film fait qu’on se demande pourquoi elle accepte certaines situations. Adam Scott quant à lui hérite d’un rôle assez ingrat (le connard de service) qu’il joue de manière assez originale.

Jamais entre amis

Le plus frustrant dans ce film est qu’on sent en permanence qu’il voudrait être original et décalé, mettant des acteurs à contre emploi et jouant la carte du « t’as vu, c’est pas une histoire d’amour fleur bleu comme toutes les autres » mais le film fuit un cliché pour tomber dans un autre plus violemment encore. Rien ne surprend vraiment, rien ne touche vraiment, rien n’intéresse vraiment. Pourtant, Jamais entre amis reste un divertissement plaisant, avec quelques scènes très réussies, un rythme soutenu et des dialogues souvent bien écrit. Mais le scénario ne parvient jamais à établir deux personnages principaux suffisamment forts pour que cela devienne intéressant et s’éparpille dans une introduction un peu brouillonne et une conclusion qui aurait dut être beaucoup plus osée. La comédie romantique est un genre si commun qu’il est probablement le plus complexe à détourner et à s’approprier, beaucoup s’y sont cassé les dents, peu en sont sortis victorieux.

Jamais entre amis est une comédie romantique portée par quelques scènes et personnages secondaires qui justifient son visionnage, malgré une intrigue et des personnages principaux maladroits et déjà vus.

Les plus:
Le couple formé par Jason Mantzoukas et Andrea Savage
L’humour et le rythme
Les moins:
Un scénario un peu faible
Des personnages principaux qui auraient mérité d’être plus étoffés


posted by valmens in Les Critiques and have Comments (19)

19 Responses to “Jamais entre amis : la critique”

  1. 09 03 2016 dit :

    09 03 2016…

    09 03 2016…

  2. my blog gp 2016…

    my blog gp 2016…

  3. google Maps for mobile…

    google Maps for mobile…

  4. google AdSense google AdMob free…

    google AdSense google AdMob free…

  5. google Search for images on the web…

    google AdSense google Agoogle Search for images on the webdMob free google AdSense free…

  6. Ñìîòðåòü îíëàéí çâåðîïîëèñ â õîðîøåì êà÷åñòâå áåç ðåãèñòðàöèè è ñìñ…

    Ñìîòðåòü îíëàéí çâåðîïîëèñ â õîðîøåì êà÷åñòâå áåç ðåãèñòðàöèè è ñìñ…

  7. zootopia 2016 dit :

    zootopia 2016…

    zootopia 2016…

  8. jykfqy abkmvs cvjnhtnm ,tp htubcnhfwbb…

    jykfqy abkmvs cvjnhtnm ,tp htubcnhfwbb…

  9. more dit :

    more…

    more…

  10. ukraine girl kiev lviv…

    ukraine girl kiev lviv…

  11. ukraine girl kiev lviv 2016…

    ukraine girl kiev lviv 2016…

  12. helou zis me dit :

    helou zis me…

    helou zis me…

  13. helou zis me dit :

    helou zis me 2016…

    helou zis me…

  14. clic here dit :

    clic here…

    clic here…

  15. illuziaobmana dit :

    illuziaobmana…

    illuziaobmana…

  16. HDKINOONLINE dit :

    HDKINOONLINE…

    HDKINOONLINE 2016…

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam