Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Chronicle : La Critique

Chronicle Au croisement de X-Men, Carrie, Akira et Cloverfield, Chronicle est un petit concentré de fun débordant malheureusement de clichés et qui laisse très vite la forme prendre le dessus sur le fond.
Chronicle Note:2/4

Titre original: Chronicle
Réalisation: Josh Trank
Scenario: Max Landis
Casting: Dane DeHaan, Alex Russell, Michael B. Jordan…
Musique: _
Sortie: 22 Février 2012
Vu le 26 Février 2012 à 20h10 au MK2 Bibliothèque

Synopsis: Andrew, un adolescent perturbé par la mort imminente de sa mère malade et la violence de son père alcoolique, décide de filmer intégralement sa vie, pour documenter son enfer. Andrew n’a pas beaucoup d’ami, son cousin Alex étant le seul à lui adresser la parole sans que ce soir pour l’insulter. Lors d’une soirée où Alex l’a amené, Andrew est invité par Michael, le gars le plus populaire du lycée, à utiliser sa caméra pour filmer l’exploration d’une grotte qu’ils ont trouvé non loin de la soirée. Dans cette grotte, quelque chose d’inexplicable arrive, qui donne à Andrew, Alex et Michael de puissants pouvoirs télékinétiques.
Critique:

Chronicle nous propose, dès son introduction, une entrée dans un univers caractérisé par un concept de réalisation clairement défini (les images sont toutes tirées de caméra se trouvant dans la scène en question) et une scénario profondément caricatural (l’établissement du personnage principal ressemble presque à une parodie de American Beauty). Le réalisateur est très clairement plus intéressé par la manière de raconter son histoire que l’histoire elle même. Le film profite donc d’une très grande rigueur dans sa mise en image, avec beaucoup d’idées qui raviront les fans du genre. On apprécie tout particulièrement la prise en compte de plusieurs points de vus pour filmer certaines scènes (les personnages qui possèdent une caméra peuvent, l’espace d’un plan, devenir le point de vue du spectateur et ainsi donner une toute autre vision du film). Malheureusement, si la mise en image prend parfaitement cela en comte, le scenario ne s’en sert que de manière anecdotique, avant tout le personnage du cousin d’Andrew, Alex, qui parait charismatique et cultivé quand il est filmé par Andrew, alors qu’il est maladroit, distant et timide quand il est filmé par Casey, la jeune fille qu’il convoite. Niveau mise en scène, on apprécie également beaucoup l’intelligence avec laquelle les pouvoirs sont utilisés pour inclure dans leur logique la manière de filmer (en gros, des caméra qui volent et qui adaptent des points de vu qui rappellent l’état d’esprit de celui qui filment) ainsi que le soin apporté aux effets spéciaux qui, s’ils ne sont pas tous parfaits, sont surprenant et jouissif, suffisamment pour donner à l’ensemble du film un aspect très attrayant et divertissant.
Chronicle

Niveau scénario en revanche, si rien d’affreux n’est à déplorer, on regrette que cette nouvelle introduction d’un élément fantastique pour mieux étudier les problèmes de l’adolescence soit si mal exploitée. En effet, à l’instar de Donnie Darko, Spiderman ou Carrie (dont le film reprend une très grosse partie de la trame), Chronicle essaie de retourner un cliché de l’adolescence, de renverser les rôles en quelques sorte, en donnant à une victime le pouvoir d’un tyran et, si quelques scènes sont très belles et intéressantes dans le genre (notamment cette scène où Andrew explique avec une excitation malsaine et une précision scientifique comment il a arraché des dents à distance à l’un de ses anciens Bully), la plupart du temps le scénario, conscient de ne pas avoir les moyens de ses ambitions, se contente soit d’aller dans les clichés les plus ridicules soit de pomper des trames entières de ses modèles, au risque parfois de brouiller la trame narrative ou de ne pas avoir beaucoup de sens, tout en saupoudrant le tout d’un zeste de lieux communs philosophiques pour faire passer le tout. Cela se ressent tout particulièrement dans le dernier acte, tout droit tiré d’Akira, qui arrive beaucoup trop soudainement pour être intéressant (mais visuellement très fun comme l’ensemble du film). Le plus grand drame du film est qu’en ayant des modèles comme ceux cité précédemment, on pense plus au raté Jumpers qu’à ceux-ci en sortant de la salle. Côté acteurs, rien de bien brillant non plus. Dane DeHaan (Andrew) s’en sort à peu près dans les deux premier tiers du film, mais ne parvient pas à porter sur ses épaules la lourdeur et la ridicule dramatisation du scenario dans le dernier acte, tandis que les deux autres acteurs principaux sont assez fades dans l’ensemble, sans jamais être désagréables.

Chronicle

Chronicle hésite entre conte paranormal, drame adolescent et film de super héros et ne parvient à nous livrer quelque chose de valable dans aucunes de ces voies, probablement du fait de son incapacité à choisir entre elles. Reste cependant un divertissement sympathique, rythmé et riche qui nous prouve une fois de plus que les idées (ici de mise en scènes) ont encore le pouvoir dans l’univers du divertissement. Un film anecdotique mais de bonne facture qui vaut avant tout pour ce qu’il évite de faire (à savoir ne pas donner une explication à tout, ne pas ouvrir le voie à une suite, ne pas faire une happy end…) que ce qu’il nous montre.
Dernier rejeton d’un cinéma réalité de divertissement, ce film souffre de la comparaison avec des ainés autant sur la forme (Cloverfield, [REC]…) que sur le fond (Akira, Carrie, Donnie Darko…). Pourtant, ce divertissement honnête et dynamique se dévore goulument et sans désagrément. Chronicle est un pop corn movie à défaut d’être autre chose.
Les plus:
Le mise en scène, pleine d’idées et d’une belle cohérence
Les effets visuels fun, riches et surprenant
Les moins:
Le scénario cliché et bancal
Un conclusion abrupte et malmenée


posted by valmens in Les Critiques and have Comment (1)

One Response to “Chronicle : La Critique”

  1. Patato dit :

    alors bon film, de très bonnes idées mais voila, pourquoi ne pas avoir donné des pouvoirs à des jeunes .. enfin beaucoup plus jeune et donc encore plus inconscients … et donc plus destructeurs … ou des hamsters, le hamster est vachement inconscient … c est connu

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam