Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Captain America Civil War : la critique

Civil War Ce nouveau Captain América est symptomatique de ce que Marvel est en train de devenir : une grosse machine qui a du mal àtrouver ses enjeux.
Civil War Note:2,5/4
Titre original: Captain America : Civil War
Réalisation: Joe Russo, Anthony Russo
Scenario: Christopher Markus, Stephen McFeely
Casting: Chris Evan, Robert Downey Jr., Scarlette Johansson, Sebastian Stan, Anthony Mackie, Don Cheadle, Jeremy Reener, Paul Bettany, Elizabeth Olsen, Paul Rudd…
Sortie: 27 Avril 2016
Musique: Henry Jackman

Vu le 2 mai 2016 à 20h00 à l’UGC Ciné Cité Confluence

Synopsis:
Suites aux nombreux dommages collatéraux des missions des Avengers, les nations unies s’accordent sur le fait que le groupe de super héros ne peut plus agir en totale autonomie. Plusieurs héros, dont Captain America, refusent de signer ces accords, provoquant un scission dans le groupe. Mais c’est le jour de la signature des accords à l’ONU, quand un attentat meurtrier est attribué à Bucky, que Captain America décide d’aller à l’encontre du système. Son but : protéger Bucky et prouver son innocence. Ses anciens amis les Avengers doivent alors choisir leur camps : arrêter leur ancien super-collègue ou bien se joindre à lui.

Critique :
Clairement produit dans l’optique de contrer le Batman v Superman de DC Comics, ce nouveau Marvel est aussi le début de la phase 3 du Marvel Cinematiqu Univers. Qu’est-ce que ça veut dire ? Rien. Absolument rien, si ce n’est que Marvel commence sérieusement à s’essouffler. On a l’impression qu’il s’agit de la troisième saison d’une série d’action, et que les scénaristes commencent à être à cours d’inspiration. Le film est très loin d’être mauvaise, on reviendra plus tard sur les points positifs, mais il est plombé par le poids des films passés. La première heure du film est consacrée à remettre en place tous les personnages que l’on connait et même à en introduire de nouveau (très vaguement), si bien que quand l’intrigue commence réellement (avec une course poursuite à pieds plutôt fun), on est déjà lassé. On a beaucoup reproché l’absence des autres Avengers dans les films précédents, dans des situations où la vie sur terre était menacée, on se permet ici de s’interroger sur la nécessité de ramener presque tout le catalogue MCU simplement pour prouver l’innocence de Bucky. Car oui, ce Civil War tourne essentiellement autour de l’étrange bromance entre Bucky et Steve Rogers, relation qu’on a toujours autant de mal à saisir (et non, Marvel n’a pas osé passer le cap du Captain America ouvertement gay en prenant soin d’introduire un personnage féminin totalement random pour qu’il l’embrasse au milieu du film, c’est dommage et gratuit…). Ainsi, si le film partait avec une sorte d’ambition politique en mettant les Avengers face à la réalité de ce qu’il sont (une arme très dangereuse qui détruit autant qu’elle protège), c’est une histoire anecdotique et personnelle qui va provoquer la tant attendue Civil War. Le film perd toute forme de réflexion et se contente d’être une pièce du puzzle Marvel plutôt qu’une réflexion sur les super héros. Il s’agit en plus de l’un des Marvel les moins fun, avec un Tony Stark sérieux au possible et un méchant sans grande envergure. Si le film est sauvé par quelques scènes d’action dantesques et l’introduction d’un Spiderman qui semble réconcilier tout le monde, on sort de là en se disant « tout ça pour ça ». Car oui, non seulement les enjeux son faible mais les conséquences sont quasiment nulles. Cette guerre civil a au finalement très peu d’impact sur l’univers créé par le film. C’est d’autant plus dommage que le précédent Captain America avait surpris tout le monde en parvenant à apporter un changement décisif dans l’univers mis en place tout en nous proposant ce qui s’apparentait à un thriller politique engageant et explosif, le tout avec un scénario claire, un nombre de personnages modéré et un rythme impeccable. Cette nouvelle suite à voulu fixer la barre plus haute mais a oublié au passage tout ce qui faisait l’efficacité de Winter Soldier. Après bien sur, ce n’est pas une catastrophe, et on reste là face à un bon Marvel et à un bon film d’action. Si on regrette un peu l’utilisation intensive de la shacky cam (surtout dans l’introduction), le film nous offre des scènes d’action efficaces, lisibles et complexes, en particulier la scène de l’aéroport. Mais on aurait préféré une aventure solo à une sorte de nouvel Avengers caché en Captain America.

Civil War

Sur le papier, Civil War fourmille de bonnes idées, mais on a jamais l’impression qu’elles ont eu le temps de trouver leur chemin dans l’histoire et du coup elle sont balancées de manière assez violente et gratuite de la film, ôtant parfois tout réalisme à l’histoire. Par exemple, si le nouveau Spiderman est globalement une réussite (sur ses 10 minutes de présence à l’écran), son introduction n’a aucun sens dans la timeline du film (en gros on nous explique que Tony Stark a 36 heures pour arranger la situation avec Captain America, du coup, dans ce délais il va rencontrer Spiderman et lui taper la causette à New York, l’embarquer avec lui, lui fournit un nouveau costume et ensuite s’en sert contre Captain America). On est tellement bombardé d’informations qu’on finit par abandonner et à regarder le film passivement en essayant de se rappeler où on a croiser précédemment tel ou tel personnage secondaire. L’autre gros problème du scénario est Bucky. Ce personne est bien trop léger pour en faire l’enjeu du film. Et si dans le Soldat d’hiver, il avait été traité comme un action héros puissant et efficace, ici c’est un boulet inutile. Côté casting, rien à dire sur les héros déjà établis, tout cela fonctionne très bien, même si on sent que les scénaristes ne savent pas quoi faire des nouveaux personnages introduits dans Age of Ultron (Wanda et Vision). Côté nouveaux arrivant, comme dit précédemment,Tom Holland est un très bon Spiderman, et son jeune âge est mis à profit dans le film. Parmi les nouveaux on a aussi le plaisir de retrouver Martin Freeman qui semble être le nouvel Agent Colson tandis que le rôle du méchant est revenu à Daniel Brühl qui fait ce qu’il peut avec un personnage beaucoup trop secondaire pour faire figure de menace. Enfin, l’autre nouvel arrivant de poids est Chadwick Boseman dans le rôle de Black Panthère. Si l’acteur est très bon, on a vraiment du mal à comprendre ce personnage et on aurait vraiment aimé que son Stand Alone intervienne avant Civil War. Son impact sur le film est très secondaire et ses interactions avec les personnage sont inexistantes tant et si bien qu’on se demande s’il n’a pas été ajouté à la dernière minute au scénario. Même la bande originale du film manque d’énergie. Henry Jackman nous avait pourtant gâté avec de superbe composition par le passé, notamment pour le X Men de Matthew Vaughn ou le précédent Captain America, mais ici, aucun thème de sort son épingle du jeu.

Civil War width=

Captain America déçoit plus qu’il n’est mauvais. C’est un film d’action plus que décent avec un casting impressionnant et même quelques scènes et quelques répliques qui marquent. Et il y a Paul Rudd. Mais à ce stade, c’est plus par obligation que par désir qu’on va voir un film Marvel : on est allé trop loin pour s’arrêter en chemin et en même temps on attend plus grand chose de la suite. Si on garde une certaine excitation pour le développement de nouveaux héros ou la poursuite des Gardiens de la galaxie, le fil rouge qui unit les films entre eux devient de plus en plus envahissant et laisse de moins en moins de place à des films qui ont une vraie personnalité. Iron Man 3 avait réussi à éviter cela en nous proposant un épisode quasiment indépendant de tous les autres films de la Saga, mais aujourd’hui, un renouvellement de cette réussite semble inespéré. On en vient à se dire « vivement que ça finisse », c’est pas bon signe.

Captain America Civil War est un épisode de plus dans l’univers cinématographique Marvel de plus en plus Rigide. Joe et Anthony Russo, qui avaient pourtant surpris tout le monde avec leur Winter Soldier, ne parviennent pas ici à faire un film fluide et original, on se contentera donc d’un block buster d’action efficace.

Les plus:
Des scènes d’action efficaces
L’introduction réussie de Spiderman
Les moins:
Une première heure très laborieuse
Un scénario un peu trop éparse


posted by valmens in Les Critiques and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam