Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

21 Jump Street : la critique

21 Jump Street Déguisé en remake de la série des années 80, 21 Jump Street est en réalité une comédie hilarante et débordante d’énergie dans laquel Jonah Hill fait des étincelles.
21 Jump Street Note:3/4

Titre original: 21 Jump Street
Réalisation: Phil Lord, Chris Miller
Scenario: Michael Bacall, Jonah Hill
Casting: Jonah Hill, Chaning Tatum,Dave Franco, Ice Cube, Rob Riggle, Brie larson, Chris Parnell, Ellie Kemper…
Musique: Mark Mothersbaugh
Sortie: 6 Juin 2012
Vu le 6 Juin 2012 à 19h50 à l’UGC Orient Express

Synopsis: Au lycée, Schmidt était un geek souffre douleur, Jenko était un beau gosse écervelé, ils n’étaient pas les meilleurs amis au monde. Quelques années plus tard, ils se retrouvent en école de police ensemble et décident de s’entre-aider et deviennent meilleurs amis. Mais, s’ils obtiennent leur diplôme, ils ne deviennent pas de bons policiers et sont expédiés dans un programme d’infiltration de lycée, au 21 Jump Street.
Critique:
Transformée une série culte en film n’est pas facile, d’autant plus quand elle est à ce point daté. Si ce 21 Jump Street n’est pas un « bonne adaptation » au sens littéral du terme (ceux qui retrouvent ici quoi que ce soit de l’original ont de sérieux soucis à se faire quant à leur santé mentale), il n’en a jamais eu l’intention. Suivant une voix similaire à celle de l’adaptation de Starsky et Hutch par Todd Philips, mais plus accentuée encore, ce film se contente donc de reprendre le concept de la série d’origine (des flics infiltrés dans un lycée) et d’en faire une comédie d’action sans se soucier d’autres chose. Et dieu que c’est efficace. Débordant de gags et de décalages, voici la comédie explosive de l’année qui n’a d’autres ambitions que d’être joyeusement grotesque et hilarante et de nous faire exploser les zygomatiques, quoi qu’il en coûte. Réalisé par les compères qui nous avaient livré l’excellent Tempête de boulettes géante (qui était également très décalé dans son genre et livrait même quelques gags très osés dans le cadre de ce qui ressemble à un divertissement pour enfants), le film profite d’un rythme effréné, qui ne laisse jamais au spectateur le temps de se reposer. 21 Jump Street est un film qui a parfaitement conscience de ce qu’il est et qui parvient (et c’est are) à se mettre très exactement au niveau de ses ambitions. Donc, si d’un point de vue visuel, il n’y a rien d’hallucinant (mis à part quelques brillantes trouvailles liés aux drogues ingurgitées durant le film), on apprécie la capacité des réalisateur de comprendre qu’il s’agit ici de livrer un divertissement compacte et efficace de bout en bout, ce qu’il font.
21 Jump Street

Niveau scénario, si Jonah Hill et Michael Bacall sont un peu aller piocher des gags à droite à gauche pour remplir leur film, il faut leur reconnaître une incroyable capacité à parodontopathie (une scène culte à double sens vient directement critiquer le fait de faire des remake de films et de séries des années 80, osé et efficace), et une capacité à développer autre chose qu’une succession de gags culturels qui seront dépassé dans 2 ans. De plus, le scénario propose une présentation de la jeunesse actuelle très différente et loin des stéréotypes habituels et s’amuse en permanence à inverser le rôles des deux personnages principaux tout en jouant sur la parodie de 3 genre en même temps : comédie adolescente, film d’action et Buddy Movie. Dans le rôle principal, Jonah Hill, s’il ne fait au final qu’une nouvelle version de son Seth de Superbad, il a le mérite de bien la faire. Son sens de l’humour, son dynamisme, sa maladresse, sa diction si particulière, son sens du dialogue et son aisance face à la caméra tiennent le film de bout en bout. Chaning Tatum à ses côté surprend par sa capacité à être crédible dans un rôle comique et à s’auto-parodier tout le long du film. Quant au seconds rôles, c’est Byzance ! Tous sont issus de films ou de séries cultes (Scott Pilgrim, 30 rock, The office, les productions Apatow…) et rayonnent dans leurs scènes respectives.

21 Jump Street

Le film de déroule à la vitesse de la lumière et ne déçoit que très rarement, autant dans son humour, dans sa mise en scène et dans ses rebondissements. L’ensemble est d’une fluidité exemplaire et gentiment iconoclaste, suffisamment pour retirer à cet comédie cet aspect désagréablement lisse et mercantile qui est trop souvent associé à la comédie US. Les personnages sont humains et débordant de défauts, les gags sont lourds et réussis et les rebondissement sont suffisamment absurdes pour ne jamais lasser. Bref, cette comédie ne ressemble pas à un simple produit calibrer, elle a quelque chose dans le ventre qu’on trouve au final assez rarement.
21 Jump Street est une comédie diablement efficace et dénué de finesse que les amateurs du genre sauront apprécier.
Les plus:
L’inversion des rôles des 2 acteurs principaux
Un casting riche en seconds rôles détonants
Un humour sans finesse délicieusement efficace
Les moins:
Une introduction un peu précipité
Une distribution ridicule en salle française


posted by valmens in Les Critiques and have Comment (1)

One Response to “21 Jump Street : la critique”

  1. patato dit :

    je viens de le mater et c est vraiment très très drôle ! dans la bande annonce, les acteurs me paraissaient ridicules et en fait ils sont vraiment excellent. il y a vraiment des passages à mourir de rire. bref un excellent moment. par contre, c est aussi un constat sur la nouvelle génération de geek completement perdus … une surprise ce film …

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam