Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Top 10 des meilleurs films de 1998

Top 10 des meilleurs films de 1999 Après un Top 10 1999 on ne peut plus méritant, voici le top 10 1998 qui déborde de chefs d’œuvres, au point que pour la première fois j’ai pleuré de n’inclure que 10 films.

1998 fût une année d’une incroyable richesse cinématographique, avec pourtant très peu de sorties dans nos contrées et des oscars qui trouvent le moyen de récompenser par 5 fois Shakespeare in Love. Quelques un de mes films préférés sont sorties cette année là (le top 3 1998 se retrouve très probablement dans mon top 50 de tous les temps). Tout ça pour dire qu’il est bon de revenir sur ces films qui ont aujourd’hui 14 ans (ça ne nous rajeunis pas). Enjoy !

NB : Tout comme le classement 1999, ce classement a subit d’important changement le 28 mars avec l’arrivée de Bienvenue à Gattaca (4), Pour le pire et pour le meilleur (7), Starship Troopers (8) et Funny game (9) et le départ de Happiness, La ligne Rouge et Buffallo’66 (partis en dans le classement 1999) ainsi que de Dieu Seul Me Voit (tout simplement exclu du classement, faut de place).

10 . BASEketball – David Zucker

Top 10 des meilleurs films de 1999

Pourquoi ? : Parce que ce délire cinématographique issu des cerveaux du créateur de l’humour ZAZ et des créateurs de South Park est bien plus qu’une simple parodie des épopée sportives à l’américaine (qui dégueulent régulièrement dans les salles de cinéma des discours plein de valeurs toutes faites). BASEketball est aussi et surtout un critique sans concession du système sportif américain et de la bêtise humaine en général. Hilarant, vulgaire, loufoque et absurde, ce film est aussi l’une des rares occasions de voir Trey Parker et Matt Stone à l’écran. Les gags sont très visuels et souvent surprenant mais toujours au raz des pâquerettes, et c’est tant mieux. C’est au passage l’un des films que je regarde le plus souvent (1 fois par mois en gros).

9 . Funny Game – Michael Haneke

Top 10 des meilleurs films de 1997

Pourquoi ? : Parce que ce film, pour quiconque l’a vu, est un traumatisme cinématographique sans commune mesure. Violent dans sa mise en image, son message et sa morale, déstabilisant et manipulateur dans sa forme, cette œuvre de Haneke est autant une critique de la généralisation de la violence dans les sociétés modernes que de notre incapacité à nous défendre face à une menace identifiée. Funny Game nous présente une famille qui va se laisser détruire et tuer par deux jeunes hommes qui n’ont d’autres motivations que leur ennui, sans jamais réellement opposer de résistance (mis à part dans une scène incroyable au milieu du film où le réalisateur s’amuse à torturer le spectateur en lui montrant par un étrange ressort scénaristique qu’il ne peut pas y avoir d’issus positive pour les personnages principaux). Oppressant au point d’être une torture pour certains spectateurs, on apprécie tout particulièrement la réalisation maîtrisée et impeccable ainsi que le jeu des acteurs qui permettent au spectateur de complètement se faire happer par ce film.

8 . Starship Troopers – Paul Verhoeven

Top 10 des meilleurs films de 1997

Pourquoi ? : Parce que Paul Verhoeven profite de cette histoire pour complétement débrider son humour, son sarcasme, son sans de la provocation et sa puissance visuelle et nous livre l’un des films de science fiction les plus décalés du cinéma, d’une violence aussi incroyable que la perfection de ses images. Critique des dérives de l’Amérique toute puissante et de ses tendance à devenir une police du monde puis de l’univers, Starship Troopers est avant tout un film d’anticipation social, qui souligne les dérives extrémistes vers lesquelles nos sociétés modernes penchent, sans jamais pour autant se prendre au sérieux. De ses héros cliché à ses tenue rappelant l’Allemagne nazie en passant par la description précise du système éducationnel, c’est dans le sens du détail que réside la puissance de ce film qui, de prime abord, pourrait sembler grossier.

7 . Pour le pire et pour le meilleur – James L. Brook

Top 10 des meilleurs films de 1997

Pourquoi ? : Parce que cette anti comédie romantique portée par un trio d’acteurs de caractères et la plume d’un réalisateur qui ne manque pas de sarcasme est également un film extrêmement tendre sur la complexité des rapports humains. James L. Brook, rôdé par son travail chez les Simpson à la décortication méthodique des mauvaises manières américaines, s’attaque ici à la rencontre entre la vieille intelligentsia New Yorkaise (avec irascible Jack Nicholson), la nouvelles génération d’artistes (avec un Greg Kinnaer volontairement pathétique) et la basse classe américaine (avec la géniale Helen Hunt). Une confrontation explosive et hilarante qui n’oublie jamais d’être sensible quand elle n’est pas cruelle, sur des personnages qui ne peuvent pas communiquer ensemble. Beau, drôle et subtil, ce film est un petit chef d’œuvre.

6 . Dark City – Alex Proyas

Top 10 des meilleurs films de 1999

Pourquoi ? : parce qu’Alex Proyas, après le buzz provoqué par The Crow et la mort de Brandon Lee sur le tournage, parvient à se refaire un nom avec ce film de science fiction d’une complexité et d’une cohérence incroyables en avance sur son temps. Dark City est un film très osé autant dans son concept que dans sa réalisation ou sa mise en image, puis qu’il ne fait aucun compromis et parvient à s’épanouir dans cet univers sombre et impénétrable où le spectateur est invité à se poser des questions sur le concept de la réalité, bien avant Matrix. Enrobant le tout dans un polar avec une ambiance et une esthétique aux croisement du Blade Runner de Ridley Scott et de La cité des enfants perdus de Caro et Jeunet, Proyas signe très probablement son meilleur film à ce jour.

Pages Suivante

Pages:

posted by valmens in Les Top and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam