Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Mon Top 10 des Meilleurs Films de 2007

Top 10 des meilleurs films de 2007 Parce que jamais 2 sans 3, voici le troisième épisode des Top 10 retour vers le passé avec le Top 10 des meilleurs films de 2007

Et hop, voilà le top 2007, du moins mon top 2007. Une année riche en surprises (et la découverte de l’UGC illimité pour ma part) qui a laissé le champs libre à de nombreuses productions indépendantes et pleines de talents. Et si une fois de plus, je constate amèrement que je n’ai vu que la moitié des films que je voulais voir cette année, cela me permet aussi, en douce, de concevoir des listing de films à voir (qui vont m’occuper pendant les 20 prochaines années si je m’en sors bien…)
Les films considérés sont ceux sortis au cinéma en France en 2007, hors réédition.

10 . Steak de Quentin Dupieux

Top 10 des meilleurs films de 2007

Pourquoi ? : parce qu’il est rare de tomber sur un tel ovni cinématographique qui parvient à malmener les genres et les repères avec autant de talent. Et oui, ça me fait un peu mal de mettre un « Eric et Ramzy » dans un top (c’est comme mettre le big mac dans ses plats préférés) mais ce film a tout simplement été une énorme baffe. Film d’anticipation loufoque et ouvertement anti réaliste qui met suffisamment de non sens et de décalage dans tous ses choix et ses situations pour brouiller la limite entre parodie et film générationnel, Steak est probablement l’une des critiques cinéma les plus amères des dérives de la société occidentale. C’est en tirant dans les extrêmes que Quentin Dupieux parvient à faire ressortir les traits les plus ridicules de notre société et qu’il nous les caricature avec cruauté et raffinement. Un film qui divise entre ceux qui adorent et ce qui considèrent que c’est du foutage de gueule, mais définitivement un film marquant qui se situe entre Virgin Suicide, Orange Mécanique et The Party (seul film à avoir trouvé ce croisement d’ailleurs).

En un mot : Botine

9 . Ratatouille de Brad Bird

Top 10 des meilleurs films de 2007

Pourquoi ? : parce qu’une fois de plus Pixar nous montre que l’animation est le domaine de l’universalité en nous livrant un film beau, intelligent, drôle et émouvant qui parle autant aux plus jeunes qu’aux plus âgés sans jamais passer par la facilité. Graphiquement sublime, Ratatouille se démarque cependant du reste des autres films du studio par son propos plus dur et profond que d’habitude (en plus de certains parallèles assez classique à holocauste, le film parle de la mort, de l’héritage et propose une intéressante réflexion sur le travail et le talent). Mélangeant avec une grande aisance personnages humains et animaux parlants, le film déjoue tous les pièges dans lesquels viennent régulièrement sombrer les produits Disney et nous propose l’une des plus émouvantes scènes du studio sous la forme d’un rappel à la madeleine de Proust. Et si amener les larmes aux yeux avec une simple dégustation de Ratatouille n’est pas une preuve de talent, alors on peut se demander ce qu’est le talent. Simple, intelligent et beau, ce film fait partie des fleurons de Pixar.

En un mot : Délicieux

8 . SuperGrave de Greg Mottola

Top 10 des meilleurs films de 2007

Pourquoi ? : Parce que je pleure de rire de film à chaque fois que je le vois. Ce film est la réponse d’Apatow aux gentilles comédies adolescentes américaines à la American Pie sans pour autant renier l’influence qu’ont eu ces dernières sur ce film. Vision réaliste et hilarante de l’adolescence américaine, ce film est un savoureux enchainement de répliques déconnantes, de situations sincèrement comiques et d’idées délirantes. Réservoir de répliques cultes, le film profite surtout d’un casting hallucinant où toute l’écurie Appatow vient délivrer son potentiel comique (Michael Cera, Jonah Hill, Christopher Mintz-Plasse, Seth Rogen, Bill Hader, Emma Stone, Martin Star, Joe Lo Truglio, Carla Gallo, Kevin Vorrigan…WTF!) et s’amuse à préférer des Next Door Guy aux faces de couvertures de magazines qu’on voit habituellement dans ces films. Une comédie percutante, efficace est violemment rafraîchissante qui ne connaît aucun temps mort et qui, bonus ultime, est doté en DVD d’une version commentée collective presque aussi drôle que le film. Un film destiné à devenir culte.

En un mot : McLovin’

7 . Planète terreur – un film Grindhouse de Robert Rodriguez

Top 10 des meilleurs films de 2007

Pourquoi ? : parce que Rodriguez parvient à faire un génial hommage flamboyant aux séries B là où Tarantino s’est pris les pied dans le tapis et s’est fait un hommage à lui-même. Débordant d’idées visuelles et scénaristiques, ce film qui n’a jamais pour objectif de faire sens est un merveilleux terrain de jeu pour Robert Rodriguez qui pousse le bouchon suffisamment loin pour être drôle et ridicule sans être parodique. Profitant d’une photographie délicieusement dégueulasse, d’un scenario à tiroir sans fond et d’une pléiade d’acteurs de talents tous venus ici jouer avec suffisamment de respect pour le genre auquel ils rendent hommage pour ne pas tomber dans le cabotinage (Josh Brolin, Bruce Willis, Rose McGowan, Freddy Rodríguez, Marley Shelton, Michael Biehn, Jeff Fahey…), Planet Terror se révèle être l’un des plus beaux divertissements de son année, sincère et léger, une sorte de grand huit horrifique aussi drôle que gore qui ne se prend pas une seule seconde au sérieux. Bien supérieur à son successeur Machete dont la bande annonce fait d’ailleurs partie du film.

En un mot : Débridé

6 . 7h58 ce samedi-là de Sidney Lumet

Top 10 des meilleurs films de 2007

Pourquoi ? : parce que c’est un polar subtile et retord comme on en voit très rarement. Armé d’un casting très solide (Philip Seymour Hoffmans, Ethan Hawk et Marisa Tomei qui profite du film pour faire son très remarqué come back) Sydney Lumet nous propose ici un polar sombre et désespérant où l’homme se fait toujours rattraper par ses faiblesses, et où il n’y a jamais d’issu positive pour personne. Le film surprend par sa structure et son absence totale de respiration qui ne laisse jamais au spectateur le loisir de s’évader. Remarquable de sobriété et d’intelligence, le film est une très progressive descente aux enfers aussi soignée dans le fond que dans la forme, il a beau avoir une fin évidente (à aucun moment on ne se doute du contraire), chaque rebondissement est aussi violent et surprenant qu’une claque. Mais bien sûr, comme dit plus tôt, ce film est aussi et surtout une merveilleuses réunion de grands acteurs tous habitués aux rôles complexes qui s’en donnent ici à cœur joie, en particulier Marisa Tomei, éblouissante dans ce rôle.

En un mot : Sombre

page suivante

Pages:

posted by valmens in Les Top and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam