Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Mon Top 10 des meilleurs films de 2006

Top 10 des meilleurs films de 2008 Parce que je n’allais pas marrêter en cours de route, voici mon top 10 des mailleurs films de 2006

Nous voilà donc en 2006 et je commence à me dire que ça fait longtemps, cinq ans déjà, ces films paraissent du coup avoir toujours été là, faire déjà partie intégrante de la culture populaire, pour certains d’entre eux, ce sont même les originaux de genres de films qui pullulent maintenant sur nos écrans. Le classement ci-dessous s’intéresse donc volontairement à des films qui ne sont pas nécessairement considérés comme des grands films mais qui sont restés dans ma mémoire comme des piliers de ma culture cinéma actuelle, des film que je regarde en boucle sans jamais me lasser, parce qu’au final, c’est le cinéma que j’aime, ce cinéma sympathique et populaire qui ne se prend pas tout le temps la tête et qui se regarde en boucle.
Les films considérés sont ceux sortis au cinéma en France en 2006, hors réédition.

10 . Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton, Valerie Faris

Top 10 des meilleurs films de 2006

Pourquoi ? : Parce qu’avant de devenir un modèle bien cadré qui a donné naissance à toute une ribambelle de feel-good-movies sans âme, Little Miss Sunshine était un film rafraichissant et sortie de nulle part qui avait réussi à prendre tout le monde par surprise. Je sais qu’aujourd’hui ce film est devenu la cible de beaucoup de critiques et passe pour un petit objet cinématographique mignon et inoffensif mais, un peu comme Amélie Poulain, il est important de se souvenir de ce qu’on a ressenti (en toute honnête) après le premier visionnage, ce sentiment exaltant et revigorant d’avoir vécu une sorte d’aventure intérieure, d’avoir eu un dialogue direct avec le film et ses personnages. Sobre et élégant dans sa forme, ce film vaut surtout pour ses personnages, tous merveilleusement écrits et interprétés (Steve Carell est bluffant dans ce contre emploi, Paul Dano balance le plus beau Fuck de l’histoire du cinéma et Greg Kinner est merveilleusement détestable en loser flamboyant), ses dialogues réalistes et bien balancés et sa musique qu’il est impossible de se sortir de la tête. Sorte d’anti comédie-familiale, ce film parvient cependant à nous présenter l’une des visions les plus réalistes et touchantes d’une famille américaine.

En un mot : Touchant

9 . Dikkenek de Olivier Van Hoofstadt

Top 10 des meilleurs films de 2006

Pourquoi ? : Parce que ce film avec son casting étrange, son humour cru et ses répliques cultes, est devenu un véritable phénomène culturelle. Dikkenek est un OVNI cinématographique qui, sous ses faux airs de comédie déstructurée et sans consistances, nous présentait l’une des plus belle galerie de personnages du cinéma européen, tous armés de leur accent, leur grossièreté et leur franc parlé. Voilà un film qui avait tout pour être culte (et qui en était un peu trop conscient ce qui a provoqué une carrière cinéma réduite) et qui l’est devenu après coup durant sa carrière DVD. Un film réellement hilarant où chaque mot devient source de rire, où chaque personnage est profondément comique et où rien n’est sérieux. Nous présentant les bas fonds de la Belgique avec suffisamment de recul et de ridicule, Olivier Van Hoofstadt nous prouve une fois de plus que les Belges ont un humour unique et une aisance incroyable pour raconter les histoires d’une manières différente. Sorte de version volontairement Cheap et Belge des premiers films de Guy Ritchie, le film est d’autant plus efficace que son casting se donne à fond dans ce cabotinage collectif. Un film à revoir en boucle.

En un mot : Excessif

8 . Jarhead – la fin de l’innocence de Sam Mendes

Top 10 des meilleurs films de 2006

Pourquoi ? : Parce que cela faisait longtemps qu’on avait pas eu un vrai film de guerre, réaliste et parfaitement maîtrisé où la, psychologie a un plus grand rôle que la pyrotechnie. En s’attaquant à ce sujet, surtout dans le contexte de la réactualisation de cette guerre, Sam Mendes savait qu’il était attendu au tournant, d’autant plus que le cinéma vérité n’est pas forcément sa signature. Recrutant pour l’occasion quelques uns des plus beaux talents montant d’Hollywood, Jake Gyllenhaal et Peter Sarsgaard en tête, le réalisateur a fait un remarquable travail de réactualisation ici, reprenant les thèmes brassés par les grands chef d’œuvres du genre (tous centrés sur le Vietnam) le tout sur un ton qui n’est pas sans rappeler le Désert des Tartare de Dino Buzzati. Et le résultat est une plongée plus vraie que nature dans la psychologie du soldat envoyé sur le front. Tendu et humain, ce film est d’autant plus intéressant qu’il parvient à ne pas déballer un discours tout fait sur la guerre et l’utilité ou non de celle-ci (cela a été fait mille fois) mais au contraire se penche sur les dilemme psychologiques qui viennent hanter les soldats envoyer sur le front et coupé du monde. Sam Mendes habille le tout de son sens du plan et de sa capacité à laisser la part belle à ses acteurs.

En un mot : Référencé

7 . Volver de Pedro Almodóvar

Top 10 des meilleurs films de 2006

Pourquoi ? : Parce que Pedro Almodovar aime de temps en temps laisser de côté sa tendance à la provocation et aux sujets chocs pour nous livrer des œuvres tendres et intelligentes. Je ne suis pas un grand fan du réalisateur Espagnol, je n’ai d’ailleurs pas vu beaucoup de ces films et j’ai souvent le désagréable sentiment d’être manipulé durant ses œuvres et à être amené à trouver beau l’immoral. Pourtant, comme ce fût le cas cette année avec son somptueux La Piel Que Habito, je me laisse cueillir quand le réalisateur s’attaque à des sujets différents. Ici, en plus de rendre un très bel – quoi qu’habituel de sa part – hommage aux femmes, à toutes les femmes (et en particulier aux mères), le réalisateur se permet surtout de revisiter avec talent le mythe de l’ange gardien et nous livre un film qui nous fait passer avec une bouleversante facilité des rires aux larmes. Se débarrassant ici de son imagerie charnelle habituelle, le réalisateur essaie de nous montrer des femmes réalistes dans toute leur beauté et leur grandeur, aidé dans sa tâche par une superbe Pénélope Cruz et une géniale Carmen Maura (qui est définitivement l’une des plus grandes actrices espagnoles) ainsi que par une armée des seconds rôles tous justes.

En un mot : Tendre

6 . Bubba Ho-Tep de Don Coscarelli

Top 10 des meilleurs films de 2006

Pourquoi ? : Parce que dans ce film, Elvis est encore vivant, il a les traits de Bruce Campbell et se bat contre un momie. Et franchement il n’y a pas besoin d’aller beaucoup plus loin pour faire un chef d’œuvre. Il n’y a pas grand chose d’autre à dire sur ce film, tant le plaisir de le regarder est indescriptible. Un film surprenant qui se permet d’être touchant avec un tel scenario, c’est aussi et surtout le grand retour sur grand écran de Bruce Campbell dans un rôle principal qui nous prouve ici que 30 ans après Evil Dead, il n’a rien perdu de son humour, de son charisme et de son incroyable capacité à incarner n’importe quel personnage. Produit de la série B autant qu’il en est un hommage, ce film nous emporte dans son délire dès les premières minutes et parvient à ne plus nous lâcher une seule seconde par la suite tant ses personnages son biens écrits, ses situations sont surprenants et sa réalisation est dynamique. La définition cinématographique de What The Fuck.

En un mot : Barré

Pages Suivante

Pages:

posted by valmens in Les Top and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam