Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Mon top 10 des meilleurs films de 2005

Top 10 des meilleurs films de 2008 Parce que certains d’entre vous n’étaient pas encore nés à l’époque et qu’il faut bien les éduquer un peu, voici mon top 10 des meilleurs films de 2005

Quelle belle année cinématographique qu’était celle de 2005. Riche en gros films plein d’argent et de public ainsi qu’en petites productions sans le sou, cette année est particulièrement intéressante de mon point de vue car dans le top qui suit beaucoup des films qui en font partie sont devenus des membre très importants pour ne pas dire prépondérant de mon ADN cinématographique.

10 . King Kong de Peter Jackson

Top 10 des meilleurs films de 2005

Pourquoi ? : Parce qu’on resent dans chaque scène que Peter Jackson s’est avant tout fait plaisir en réalisant ce film et que ce remake ressemble plus à un cri au cinéma d’aventure qu’à un Block Buster. Peter jackson n’a jamais caché son amour pour le premier King Kong (Il y avait déjà une référence à Skull Island dans le premier plan de son gorissime Brain Dead), et en faisant ce remake, il a voulu partager avec le monde non pas une nouvelle version du film mais le film qu’il avait ressenti et gardé en mémoire alors qu’il l’avait découvert enfant. Bourré d’humour et de scènes de bravoure, guidé par un Jack Black étonnement calme et charismatique, cette nouvelle adaptation de King Kong est aussi une incroyable œuvre visuelle, où les effets spéciaux sont d’une hallucinante beauté et viennent constamment ajouter au film un supplément d’âme au lieu de lui en ôter. Après 10 ans consacré au seigneur des anneaux, on sent que ce film est avant tout pour Peter Jackson un retour vers ses premiers amours et une opportunité pour lui de réaliser un vieux rêve de gosse avec le savoir faire et les moyens gargantuesques acquis suite au succès de sa trilogie.

En un mot : Nostalgique

9 . Team America police du monde de Trey Parker, Matt Stone

Top 10 des meilleurs films de 2005

Pourquoi ? : Parce que les créateur de South Park ont bien compris que face à des sujets aussi complexes et polémiques que la guerre en Irak, le terrorisme international et la dictature coréenne, le plus drôle était encore de taper tout le monde là où ça fait mal, l’égo. Et tout le monde en prend pour son grade dans cette comédie entièrement réalisée avec des marionnette, qui vient méchamment taquiner l’implication militaire des USA dans le monde entier, la sur implication des célébrités dans des causes qui les dépassent et la futilité du métier d’acteur, tout en étant une parodie puissante de tous les clichés des films d’action. Jouant à fond sur le ridicule du support (avec quelque scène cultes, comme des combat « à la matrix » ou des scène de sexe…) tout en le maîtrisant suffisamment pour ne jamais entraver l’histoire et l’humour verbal de l’ensemble, ce film est un joyeux ovni cinématographique qui mène irrémédiablement tous ses spectateur au fou rire. Pensé à l’origine comme une parodie d’Armagedon (le film devait être Armagedon avec des marionnette à la place des acteurs) le film s’est transformé en un objet cinématographique peu commun qui met la société face à son propre ridicule.

En un mot : Matt Damon

8 . Le Crime farpait de Álex de la Iglesia

Top 10 des meilleurs films de 2005

Pourquoi ? : Parce que Alex De La Iglesia signe avec ce film l’une des plus merveilleuse anti comédie romantique, aussi horrible que drôle. Avec son bagage de réalisateur ibérique à moitié tapé, Alex De La Iglesia a un peu surpris son monde en s’attaquant à ce qui ressemblait à un sujet presque banal : après avoir parlé des mutants, fait une suite à Sailor & Lula, invoqué le démon, transformé un immeuble entier en serial killer et réanimé une ville de western fantôme, le réalisateur se penche ici sur un homme séducteur qui se voit obligé d’épouser une femme affreuse. Mais pas d’inquiétude, ceci n’est pas un conte de fée ou un conte moral, une fois de plus, le réalisateur utilise cette histoire comme un parfait véhicule pour faire une comédie noire et oppressante sur l’horreur de la vie de couple, et une critique très acerbe de la société de consommation qui n’est pas sans rappeler Fight Club. Le réalisateur ne met aucune limite à son délire (à tel point qu’il fini par inventer accidentellement un avatar prémonitoire de Lady Gaga quelques années avant la naissance médiatique de la chanteuse) et nous offre son film le plus fini et le plus ludique, mené tambour battants par deux acteurs incroyables sortis de nulle part.

En un mot : Fou

7 . Kiss kiss, bang bang de Shane Black

Top 10 des meilleurs films de 2005

Pourquoi ? : Parce que quand l’homme qui a signé les scenarii de la plupart des films d’actions des années 90 passe derrière la caméra après près de 10 d’absences, cela ressemble autant à un règlement de compte qu’à un hommage, à vous de choisir. Shane Black est l’homme qui a créé l’action hero tel que le public des année 90 l’a connu : le bonhomme bourru et plein de catch phrases qui exécute seul des armées entières avec un lance pierre dans la nuit, qui dit fuck à tout le monde et qui loupe son pire ennemi à bout portant. Alors quand il passe pour la première fois derrière la caméra, on peut s’attendre à un vieux ramassis de clichés aussi efficace qu’éculés, pourtant il laisse plus que jamais son côté scénaristique parler et se permet de faire la comédie d’action verbeuse dont il a toujours rêvé et que personne n’a jamais voulu lui réaliser. Bourré d’humour et de mise en abîme, disséquant minutieusement l’envers du décor hollywoodien, ce polar aussi drôle que noir est aussi le film qui a permis de remettre Rocbert Downey Jr. sur le devant de la scène, avec un rôle loser magnifique qui sied parfaitement à l’acteur, aidé pour l’occasion par un Val Kilmer plein d’auto dérision.

En un mot : Littéraire

6 . Ma vie en l’air de Rémi Bezançon

Top 10 des meilleurs films de 2005

Pourquoi ? : Parce qu’il est simplement impossible de ne pas se laisser avoir par la beauté simple et légère de cette comédie romantique pleine d’idées qui évite joyeusement tous les clichés du genre. La comédie romantique n’est pas le genre cinématographique qui compte le plus de chef d’œuvres. Souvent mielleux et creux, ces films sont plus du consommable que des œuvres en tant que tel. Et bien non. Rémi Bezançon profite de son premier film pour nous prouver le contraire avec une histoire on ne peut plus classique dans les grandes lignes qui parvient pourtant à nous cueillir grâce à son ton léger, son écriture intelligente et rythmée, sa réalisation pleine d’idées, son casting où les acteurs interagissent avec un naturel déconcertant (dont la découverte du talent comique du grand Gilles Lellouche), sa BO tendrement nostalgique et sa capacité à distiller une poésie moderne et élégante dans le tout. Un film par lequel on se laisse surprendre et qui parvient à ne jamais verser dans le cliché ou le déjà vu tout en respectant les règles les plus basiques du genre.Une belle prouesse cinématographique menée au casting par un Vincent Elbaz plus charismatique que jamais.

En un mot : Enjoué

Pages Suivante

Pages:

posted by valmens in Les Top and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam