Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Mon top 10 des meilleurs films de 2004

Top 10 des meilleurs films de 2004 Parce qu’on commence à en voir le bout et que la décennie est bientôt finie, voici mon top 10 des meilleurs films de 2004

2004, ça commence à être vieux tout ça. Je sais, je dis ça à chaque fois, mais il est intéressant de voir que certains films sont devenus de véritables classiques tandis que d’autres ont tout simplement été oubliés, effacés de la mémoire collective, mais en somme, une année avec du lourd, du très lourd.

10 . Rock Academy de Richard Linklater

Top 10 des meilleurs films de 2004

Pourquoi ? : Parce que ce film dégage un sincère esprit rock, un violent excédent d’énergie et possède un scenario aussi naïf que bien foutu. J’ai bien conscience que ce film est loin d’être un chef d’œuvre et ne fera pas du tout l’unanimité, moi-même j’ai conscience à chacun des visionnages de l’aspect profondément cliché de l’histoire, de l’aspect grossier de l’ensemble et de la lourdeur de certains gags, pourtant ce film revient avec une impressionnante régularité sur ma platine DVD, parce qu’il est sincère et s’adresse avec décalage et intelligence à son public, du plus jeune au plus vieux. Armé de solides références rock et d’une volonté de s’opposer à la soupe musicale qu’on offre aux générations actuelles, ce film profite surtout de l’incroyable énergie de Jack Black, ici plus ou moins dans son propre rôle, entouré d’un casting d’acteurs comiques confirmées (Sarah Silverman, Mike White, Joan Cusack…) et de jeunes acteurs qui ne sentent pas le cliché à la Disney. C’est simple, drôle et dynamique, efficace en un mot, et ça propose quelque chose d’acceptable, voire de qualité, pour un film destiné à un jeune public.

En un mot : Rock

9 . Memories of Murder de Bong Joon-ho

Top 10 des meilleurs films de 2004

Pourquoi ? : Parce que c’est un pu*ain de polar aussi bien conçu que surprenant. Voilà un film qui sort de l’ordinaire et qui surprend sans cesse par sa capacité à atteindre le spectateur par surprise dans tous ses aspects. Que ce soit la classe de la réalisation, l’intelligence du scénario, la capacité de mêler l’humour au drame et à l’action ou encore la conclusion qui en clouera plus d’un à leur chaise, cette chronique meurtrière est un conte cauchemardesque qui est portée par l’interprétation de Kang-ho Song, comme à son habitude à l’aise dans tous les rôles. On se laisse absorber dans cette histoire qui est tout autant prétexte à faire un portait social et historique de la Corée qu’à faire une critique des limites de la justice. Impossible de se détacher du suspens et de ne pas être séduit par le ton original et décalé de ce film. Une réinvention du polar.

En un mot : Clostrophobique

8 . Big Fish de Tim Burton

Top 10 des meilleurs films de 2004

Pourquoi ? : Parce qu’après avoir divisé ses fans avec son décevant remake de la planète des singes, Tim Burton nous revenait avec un film sincère, poétique et enchanté qui ressemblait à un passage à l’étape suivante pour le réalisateur. Avec le recul, on s’aperçoit qu’il s’agissait seulement du dernier bon film de Burton, qui se voulait comme une somme des ses œuvres précédentes débarrassée des clichés freaks et de Johnny Depp. Si l’histoire est assez classique et la poésie parfois forcée, il se dégage de ce film quelque chose d’assez unique, une sorte d’expression cinématographique du souvenir, de la transmission du souvenir, de l’héritage psychologique. Burton surprend en utilisant un casting inhabituel avec Ewan McGregor en tête d’affiche, d’une efficacité monstre, qui partage le personnage principal avec le très sensible Albert Finney tandis que Billy Billy Crudup, Jessica Lange, Alison Lohman, Helena Bonham Carter, Danny De Vito, Steve Buscemi et Marion Cotillard venaient, chacun à leur manière, apporter leur univers propre. Un film sincère et beau qui parvient à traiter d’un sujet dur sans jamais sombrer dans la facilité du pathos.

En un mot : Tendre

7 . Coffee and cigarettes de Jim Jarmusch

Top 10 des meilleurs films de 2004

Pourquoi ? : Parce qu’en reconstituant un film à sketch commençait il y a plu de 20 ans, Jim Jarmush ne se contentait pas de faire un retour sur l’évolution de son oeuvre, il offrait à une incroyable gallerie d’acteurs l’opprotunité d’être eux même pendant quelques minutes à l’écran. Comme tous les films à sketch, celui-ci est inégal, comprenant quelques moments de grâces (Les White Stripes, Alfred Molina et Steve Coogan, Iggy Pop et Tom Waits, Cate Blanchette) et d’autres parties qui tombent complètement à plat. Pourtant il se dégage de l’ensemble un très satisfaisant sentiment de constance, grâce au concept global et au travail visuel fait par le réalisateur. Ce festival de situations absurdes allant du burlesque à la poésie nostalgique est un pur plaisir cinématographique d’une qualité sans failles. Le film fait d’ailleurs presque office de document historique en nous permettant de voir l’évolution des référence culturelles des 20 dernières années. Ce qui surprend le plus est de voir à quel point Jim Jarmush a su trouver pour chaque époque les références qui allaient durer. Une oeuvre monstrueuse d’un auteur qui sait créer aussi bien qu’il sait observer.

En un mot : Pluriel

6 . Les Indestructibles de Brad Bird

Top 10 des meilleurs films de 2004

Pourquoi ? : Parce qu’en s’attaquant pour la première fois à des personnages humain et au mythe des super héros, Pixar réussit le pari de livrer la comédie familiale la mieux balancée de son année doublée d’un vrai film d’action efficace et abouti. Pixar avec ses graphistes et ses scenaristes écoeurant de talents remet le couvert et nous propose cette fois une exploration intelligente et moderne du film de super héros sans passer par la facilité d’adapter quoi que ce soit de pré existant (bien que le contexte et de nombreuses références nous rappelle sans cesse que Watchmen était ici le matériau d’inspiration principal). Inutile de dire que le résultat est joussif. C’est drole, puissant, bourré de scène d’action originale et génialement réalisé, de personnages drôles et originaux, de situation décalées, d’intelligence, d’humour, d’humanité… Bref, parce que le passage à un récit plus « réaliste » et classique était un gros risque pour le studio, ils ont mis les petits plats dans les grands et se sont payé pour l’occasion les services de ce génie sur excité qu’est Brad Bird. Un film qui mériterait une plus belle place dans le palmarès Pixar.

En un mot : Référencé

Pages Suivante

Pages:

posted by valmens in Les Top and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam