Movie Slayer

Billets d'humeurs cinéphagiques

Mon top 10 des plus hros badass du cinéma : les mecs

Top 10 des plus gros badass du cinéma : les mecs Parce que les héros lisse et gentils, c’est bon pour un moment, mais très vite ça soule, voici mon top 10 des plus gros badass du cinéma, version mecs.

Venant souvent s’opposer aux héros unidimensionnels qui ne voient et ne font que le bien (et qui ennuient le spectateur s’ils ne l’exaspèrent pas), le héros badass est son penchant mauvais garçon, qui semble n’en faire qu’à sa tête mais qui reste un héros. Il semble agir uniquement pour son intérêt propre et n’écouter personne, il est parfois même proprement détestable et pourtant, il agit pour le bien. Souvent armé d’un humour sarcastique à faire grincer les dents, d’une attitude aussi décontractée en toute situation que déplacée et d’un sens certain de la provoc, le héros badass est ce grain de sel qui vient donner toute leur saveur à des œuvres qui, sans lui, n’auraient souvent pas grand chose à offrir et lorgneraient joyeusement du côté de la série B gentillette. Voici donc mon top 10 des plus gros badass du cinéma, version mec. Avant de me prendre des réflexions là dessus, je tiens à préciser que seul les personnages « gentils » ont ici été considérés, les méchants badass feront l’objet d’un autre top 10 plus tard.

10 . HellBoy

Top 10 des plus gros badass du cinéma : les mecs Interprète : Ron Perlman

Film(s) :HellBoy (2004) et HellBoy II : Les légions d’or maudites (2008) de Guillermo Del Torro

Traits particuliers : enfant des enfers, solitaire et lunatique, nourrit une très grand affection pour les cigares cubains, les chats et la mal-bouffe, à tendance violente et désagréable, muni d’une main en pierre et d’une collection d’armes de sa confection

Actes de Badassitude : vient des enfers, a détruit plus de démons qu’il n’y a de jours dans l’année, insoumis et entêté, va constamment à l’encontre de l’autorité, même s’il travaille pour eux

Pourquoi on l’aime : gentille caricature de Badass, volontairement comique mais aussi très sombre quand il s’agit de ses origines, HellBoy tire sa puissance du charisme naturel de son interprète (le grand Ron Perlman) et de la capacité qu’a Guillermo del Torro à le mettre dans des situations incroyables sans que cela n’ai l’air de passionner le personnage plus que ça. Héros blasé et désintéressé, HellBoy fait cependant toujours le bien, et cela malgré les démons qui le rongent littéralement de l’intérieur.

9 . Rorschac

Top 10 des plus gros badass du cinéma : les mecs Interprète : Jackie Earle Haley

Film(s) :Watchmen de Zack Snyder (2009)

Traits particuliers : Porte en permanence un masque aux motifs mouvant ramenant ses victimes à leurs faiblesses psychologiques, en faveur d’une justice expéditive.

Actes de Badassitude : assassinats de nombreux malfrats et violeurs en tous genre,  réduction en cendre d’une prison où tous les détenus voulaient sa peaux, à mise à mal l’équilibre géopolitique mondial, obtenu par des moyens qui ne convenaient pas à ses principes.

Pourquoi on l’aime : Rorschach est tout simplement l’archétype du badass qui n’a rien pour plaire mais qui fascine cependant par sa capacité à briser tous les interdits, les tabous, d’actes et de pensées, pour au final créer un monde meilleur (ou tout du moins nettoyer le monde). On a beau être troublé par ses tendances politiques, réac à souhait, et son tempérament expéditif, il est impossible de ne pas être touché par sa solitude et la droiture de ses principes. Un badass en forme d’anti-héros, aussi dur qu’il est brisé psychologiquement, un justicier qui n’a plus d’identité, plus de visage.

8. Tyler Durden

Top 10 des plus gros badass du cinéma : les mecs Interprète : Brad Pitt

Film(s) : Fight Club de David Fincher (1999)

Traits particuliers : incarnation de tous les fantasmes de vie masculine, libre à tous points de vue, Tyler ne connaît pas de limites dans ses actions et est armé d’un solide savoir en terme de fabrication d’explosifs en tous genre et en culture de destruction en général.

Actes de Badassitude : création de clubs de box clandestins partout aux USA, création du projet Chaos responsable d’actes terroristes visant à libérer le monde de la connerie ambiante, recrutement d’une armée prête à tout faire en son nom, fabrication de savon et d’esplosif à partir de graisse humaine, destruction du système financier capitaliste pour libérer l’homme de la société de consommation

Pourquoi on l’aime : Tyler Durden a beau être l’une des entités les plus destructrices du cinéma américain (et à ce titre un héros tellement prè-11-septembre-2001…) il est tellement fascinant de charisme et de puissance qu’il est tout simplement impossible de ne pas le suivre et la conclusion du film, même si elle tente de venir remettre un peu d’ordre là dedans, ne parvient jamais à effacer la grandeur de ce personnage qui s’auto décrit de la plus belles des manières ainsi : « I look like you wanna look, I fuck like you wanna fuck, I am smart, capable, and most importantly, I am free in all the ways that you are not. »

7. Clint Eastwood

Top 10 des plus gros badass du cinéma : les mecs Interprète : Clint Eastwood

Film(s) :tous les films où Clint Eastwood apparaît

Traits particuliers : froideur permanence façons vieux con ou « père sévère mais juste », sens inné de la réflexion cinglante et pétrifiante bien placée, absence totale de toutes notion de bienséance, partisan d’une justice directe et expéditive

Actes de Badassitude : Fait régner la justice à coup de tatane et de répliques cassantes, jouant allègrement de la gâchette et ne se faisant jamais prier pour une confrontation directe, ne connaît pas la pitié.

Pourquoi on l’aime : Clint Eastwood n’est pas un acteur, c’est un personnage récurent et anachronique qui transpose la justice expéditive (et terriblement efficace) du western dans le monde moderne. Volontairement provocateur et détestable, ce personnage avouant quelques tendances réac borderline est une sorte de père distant, sévère et juste, mais le père de tout le monde. Toujours froid et dénué d’émotion, le Badass parvient à faire de la moindre variation de regard un tourment de terreur chez ses ennemis (le voir dans Gran Torino presque en caricature de lui-même). Clint Eastwood n’est pas là pour être aimé, d’ailleurs, ses personnages sont toujours solitaires, pourtant, loin d’être égocentrique, ses actes de justice sont le plus souvent désintéressés, dirigés vers une personne tiers qui n’a pas les moyens de rétablir une injustice.

6. Mad Max

Top 10 des plus gros badass du cinéma : les mecs Interprète : Mel Gibson

Film(s) :Mad Max (1979), Mad Max 2 : le défi (1981) et Mad Max 3 : au-delà du dome du tônnerre (1985) de George Miller

Traits particuliers : Pilote hors paire à tendance taciturne et solitaire, ancien flic ayant perdu espoir pour la justice, ingénieux et détaché de tout.

Actes de Badassitude : après avoir tout perdu, se résout à une exécution sommaire et directe de la justice, est venu à bout d’une armée de punk décadent, a sauvé plusieurs villages, économise ses mots pour ne dire que des choses désagréables

Pourquoi on l’aime : Mel Gibson est né avec ce personnage, et ils partagent une ambiguïté énorme quant aux motivations de leurs actions, impossible de savoir s’ils sont des monstres ou des héros. Mad Max est violent et désespéré, il n’a plus rien à perdre et estime que le monde non plus, faisant de lui un être froid et violent, prêt aux pires exactions envers quiconque sortira selon lui du droit chemin. Pourtant, ancien homme de la loi, droit et humain, il garde une âme de sauveur et sauve tous ceux qu’il croise, sans ne jamais montrer d’entrain ou de compassion. Un héros discret qui préfère être détesté qu’aimé par les gens qui l’entoure car il sait trop ce qu’est la douleur de perdre quelqu’un qu’on aime.

Pages:

posted by valmens in L'actu Ciné and have No Comments

Place your comment

Please fill your data and comment below.
Name
Email
Website

* Copy this password:

* Type or paste password here:

Your comment
Protected by WP Anti Spam